Seychelles: Une association déclare que plus de 50 cas de violations des droits de l'homme ont été détectés l'année dernière aux Seychelles

L'an dernier, plus de 50 cas de violations des droits de l'homme ont été détectés aux Seychelles, a déclaré l'Association pour les droits, l'information et la démocratie (ARID) dans son rapport annuel 2019.

"Les violations des droits de l'homme les plus souvent signalées sont des pratiques de travail déloyales, telles que la discrimination sur le lieu de travail, le surmenage et le manque de rémunération, le manque d'accès aux soins de santé, à l'eau, à la nourriture et aux sanitaires", a déclaré ARID, une organisation à but non lucratif, dans un rapport publié dimanche.

ARID a déclaré que ces cas avaient été signalés à l'encontre d'hôtels, de restaurants, de chantiers de construction, d'agences de sécurité, de boulangeries, de fermes, d'agences, de la coopérative de nettoyage et de la Public Utilities Corporation (PUC), entre autres.

Les victimes de violations flagrantes des droits de l'homme dans la nation insulaire sont des citoyens des Seychelles et ceux du Népal, du Sri Lanka, de l'Inde, de Madagascar, des Philippines, de la Chine et du Bangladesh, ont-t-ils déclarés.

«Certaines personnes sont plus susceptibles que d'autres en raison de leur mode de vie et de leur mode de pensée. Certaines sont si pauvres qu'elles sont prêtes à tout pour survivre.

D'autres sont à risque parce qu'elles consomment des substances, ont des problèmes mentaux et sont des jeunes à problèmes. Souvent, les trafiquants identifient leurs victimes en raison de leurs vulnérabilités et créent une sorte de dépendance ", a déclaré ARID.

ARID a également déclaré que pour l'année 2019, 22 cas de trafic humain avaient été signalés et que la plupart des victimes étaient victimes de la traite dans le domaine des travailleurs non qualifiés, des travailleurs domestiques, des agriculteurs et des agents de sécurité pour en nommer quelques-uns.

"Ces cas impliquaient la coercition et le travail forcé. Certains trafiquants utilisent des offres d'emploi attrayantes pour tromper leurs victimes. Il est probable qu'il existe plus de ce type de trafic mais qui n'est pas détecté", a expliqué ARID.

Pour résoudre les problèmes des droits de l'homme, les Seychelles, un groupe d'environ 95 000 personnes réparties sur 115 îles de l'ouest de l'océan Indien, ont créé une commission des droits de l'homme. La Commission est un organisme autonome, neutre et indépendant qui n'est soumis à la direction ou au contrôle d'aucune personne ou autorité.

Son objectif est de conseiller le gouvernement sur les questions liées à la protection des droits de l'homme, tant dans la pratique administrative que dans la législation proposée.

Il entreprendra également des programmes de recherche et de sensibilisation pour la promotion des droits de l'homme et contrôlera le respect par les Seychelles des termes des conventions et chartes internationales pertinentes pour les fonctions de la Commission.

Dans son rapport, ARID recommande "une sensibilisation et une compréhension accrues de ces questions, un renforcement des réponses de la loi, une compréhension et un soutien au développement de la prévention et de l'intervention, un soutien à la collaboration multisectorielle et la création d'un partage d'informations".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.