Guinée Bissau: Paulin Maurice Toupane appelle à la prudence

Le palais du gouvernement de Guinée-Bissau (image d'illustration).

Paulin Maurice Toupane, chercheur à l'Institut d'études de sécurité (Iss), ne valide pas la thèse de l'ingérence du Sénégal dans les affaires intérieures de la Guinée-Bissau. Dans un entretien qu'il nous a accordé, ce spécialiste des questions bissau-guinéennes donne sa lecture des faits.

« Cette supposée ingérence du Sénégal dans le processus électoral vient du fait qu'un des candidats a déclaré ses liens d'amitié avec le Président de la République, Macky Sall.

Mais, il faut faire preuve de prudence. Cela ne veut pas dire que le Sénégal qui est un acteur international soit impliqué dans la situation politique que traverse la Guinée-Bissau », tient-il à préciser.

Pour lui, il faut savoir raison garder afin d'éviter des répercussions sur les relations entre les deux pays qui sont très dynamiques.

Par ailleurs, analysant l'impasse politique qui est en train de secouer ce pays d'Afrique de l'Ouest, le chercheur souligne qu'elle est la résultante d'une crise qui dure depuis quatre ans.

« C'est un prolongement de la crise de 2015 qui a été exacerbée par un bras de fer entre la Cour suprême et la Commission électorale qui n'a pas facilité la gestion du contentieux électoral entre deux adversaires politiques suite à un recours du Paigc au niveau de la juridiction supérieure », explique Paulin Maurice Toupane.

À l'en croire, le positionnement de certains acteurs internationaux n'a pas aussi facilité les choses et a fini par conduire à une controverse sur le rôle de la Cour suprême et de la Commission électorale. « La question qui se pose aujourd'hui, c'est de savoir qui déclare les résultats définitifs ? » regrette-t-il.

Le chercheur indique également que la Cedeao est en mesure, avec le concours de certaines institutions, d'apporter une contribution de taille à la résolution de la crise.

« Je pense que les acteurs internationaux sont en mesure de régler la situation ; ils ont des outils qu'ils peuvent utiliser pour ramener les acteurs politiques à de meilleurs sentiments », ajoute-t-il.

A La Une: Guinée Bissau

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.