Egypte: Barrage de la Renaissance - Trump a renouvelé son soutien à al-Sissi

Illustration-Nil

Les États-Unis continuent d'essayer de peser sur les négociations entre l'Éthiopie, l'Égypte et le Soudan autour du barrage de la Renaissance. Donald Trump a appelé le président égyptien al-Sissi pour lui annoncer que les efforts allaient continuer pour aboutir à un accord.

Donald Trump a promis au président al-Sissi que les efforts de Washington allaient continuer, et même redoubler. Le président américain a dit espérer la finalisation prochaine d'un accord. Mais difficile d'être aussi optimiste dans le contexte actuel.

Ce mardi, le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, s'est dit « incroyablement déçu » par l'absence de l'Éthiopie à la dernière réunion, alors que Washington espérait arracher un compromis. Le problème est que désormais, Addis-Abeba voit les Américains comme un partenaire biaisé, trop proche des positions égyptiennes. Certains spécialistes estiment que les États-Unis tentent même de forcer la main de l'Éthiopie pour signer un document le plus vite possible.

Le chef de la diplomatie éthiopienne a répondu que les Américains devaient clarifier leur rôle, et laisser les pays trouver un accord eux-mêmes.

Pour bien montrer que l'intimidation était contre-productive, Addis-Abeba a lancé ce matin le troisième round de financement par SMS du barrage, permettant à chacun d'envoyer une contribution au chantier achevé à 70%.

Alors que Le Caire et Washington ont demandé à l'Éthiopie de ne pas commencer à remplir le barrage sans accord préalable, le ministre de l'Eau a justement annoncé ce mardi que la procédure débuterait en juillet, avec une première production d'électricité en février 2021.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.