Sénégal: Les Sénégalais invités à s'inspirer de la révolution des mentalités des Sud-Coréens

Dakar — Le président des ambassadeurs de paix de la Fédération pour la paix universelle (FPU/Sénégal) et président du cercle d'Amitié Sénégal-Corée du Sud (CASCORS), Déthié Diouf, a invité les Sénégalais à s'inspirer du "Seamaul Undong", la révolution des mentalités des Sud-Coréens, en vue de tirer le pays vers l'émergence.

"Je crois qu'il est grand temps quand même que les Sénégalais puissent enfin prendre exemple sur les Sud-Coréens qui se sont développés grâce notamment à un secret dénommé Seumaul Undong ou la révolution des mentalités", a-t-il déclaré, dans un entretien avec l'APS.

Selon Déthié Diouf, si ce pays, qui était au même niveau de développement que le Sénégal dans les année 60, s'est hissé au rang de grande puissance économique, c'est grâce en grande partie au patriotisme et à la conduite exemplaire du peuple coréen.Dans ce pays où "la remise en cause des réussites et des échecs est permanente", a-t-il dit, "chaque citoyen refuse d'être le maillon le plus faible". Il en résulte, selon lui, "une saine émulation", avec "un souci constant de l'amélioration".

A titre d'exemple, il a cité la règle des trois impôts, auto-appliquée avec rigueur par les Sud-Coréens, à l'occasion de la seconde Guerre mondiale de 1939-1945 et celle les ayant opposés à la Corée du Nord, entre 1950 et 1953."Lors de la Guerre mondiale (39-45), lors de la guerre de 53, alors que les militaires donnaient l'impôt du sang au front, les enseignants donnaient l'impôt du temps en veillant à ce que les élèves ne perdent aucune heure de cours", a-t-il renseigné.

Il a en outre souligné que "la production et le consommer local" sont constamment "promus" en Corée du Sud. A l'en croire, "le Coréen produit et consomme", non seulement "en priorité coréen", mais également "achète plus cher son produit, histoire de soutenir et de financer son développement".Fort de ce constat, il est d'avis que "si nous capitalisons cette vision et l'accompagnons par un sursaut national, nous pourrions capter tout le capital de confiance nécessaire à l'émergence de notre pays".

Pour ce faire, a-t-il dit, "les autorités étatiques doivent donner le tempo et essayer de tirer davantage de profits dans les différents accords bilatéraux liant le Sénégal à la Corée du Sud".Il a par ailleurs souligné que la Corée du Sud est une terre qui a toujours réussi aux Sénégalais, citant, entre autres, la médaille d'argent olympique, obtenue en 1988 à Séoul, par le sprinteur Amadou Dia Ba, la coupe du monde de footbal de 2002, ou encore, le très prestigieux Sunhak Prize, remporté cette année par le président Macky Sall au Sommet mondial de la paix à Séoul.

"Cette reconnaissance du peuple coréen, à travers la FPU, n'est pas banale car beaucoup de leaders politiques dans leurs manifestes et déclarations citent la République de Corée comme un exemple sur tous les plans, particulièrement quand il s'agit de la constance dans l'ardeur au travail et de la discipline", a-t-il avancé.Selon lui, " quand une terre te réussit presque toujours, quand deux peuples partagent des valeurs traditionnelles et morales fortes en étant très éloignés, il devient impérieux de s'arrêter, d'essayer de comprendre une telle situation et lui accorder une plus grande attention".

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.