Congo-Kinshasa: Finances publiques - Forte agitation autour de la fermeture des robinets

Au moment où le pays amorce son décollage en matière de gestion de la chose publique grâce à la discipline et à l'austérité instaurée dans les dépenses par le gouvernement - des efforts par ailleurs salués par les institutions de Bretton Woods - curieusement, certains compatriotes qui se recrutent dans la sphère politique affichent leur détermination à combattre ces efforts engagés en vue du bien-être commun des Congolais. Ils ne se sentent pas du tout intéressés par le sort de la collectvité. Seule leur opulence matérielle compte.

En effet, l'austérité instaurée dans les dépenses publiques n'est pas vue de bon œil ou n'arrangerait pas ces compatriotes habitués à manipuler des espèces sonnantes et trébuchantes.

Voilà qui justifie la guerre des tranchées dont le chef du gouvernement Sylvestre Ilunga Ilunkamba serait l'objet avec des flèches empoisonnées tirées en sa direction à partir de sa famille politique. Une campagne visant son remplacement est actuellement menée dans les réseaux sociaux où on fait état des tractations qui seraient en cours pour la désignation d'un nouveau chef du Gouvernement.

La raison cachée de toutes ces scènes d'agitation qu'on constate dans le microcosme politique national, particulièrement au sein de l'ancienne majorité présidentielle, est la fermeture progressive des robinets des finances publiques.

Ces jouisseurs qui mettent en exergue leurs intérêts égoïstes en lieu et place du sort commun, pensaient que Sylvestre Ilunga allait répondre aux ordres donnés dans le noir par des trafiquants d'influence pour sacrifier les intérêts de la Nation, comme ils le font avec les gouverneurs des provinces issus de leur camp politique.

Dans ce cadre visant à saper des efforts qui sont fournis en vue de l'amélioration des conditions de vie des Congolais, des sources ayant requis l'anonymat font savoir que le même lobby du FCC s'était également investi à l'époque pour combattre la gratuité de l'enseignement, vision du Chef de l'Etat Félix Antoine Tshisekedi endossée par le gouvernement conduit par le technocrate Sylvestre Ilunga Ilunkamba. Les mêmes forces occultes auraient rencontré le Premier ministre pour l'intoxiquer. Mais, la démarche avait malheureusement échoué du fait que leur interlocuteur avait catégoriquement refusé de céder à un tel plan dont le but est de sacrifier l'avenir de la jeunesse de toute une nation pour des intérêts politiques obscurs.

Les dessous des cartes

Des analystes relèvent plusieurs objectifs que les sociétaires de l'ancienne MP s'assignent à travers leur démarche, visant à saper les actions gouvernementales.

D'abord, même si on fait semblant d'afficher des apparences conviviales, les caciques du FCC semblent déterminés à ne pas laisser le Président Tshisekedi réussir son mandat, de crainte qu'ils ne perdent complètement le terrain face à un peuple qu'ils ont paupérisé à dessein durant des décennies.

Ainsi, des délégués ou dirigeants désignés par eux devraient leur obéir au doigt et à l'oeil, en réservant des réponses immédiates et positives aux problèmes posés. Celui ou celle qui s'oppose ou résiste, s' expose au « lynchage » avec des menaces d'être chassé du poste.

Deuxièmement, le combat mené contre le Gouvernement viserait également à faire disqualifier le pays dans le nouveau programme qu'on est en voie de conclure de conclure avec les institutions financières internationales, et décourager par-là les investisseurs de venir s'implanter en RDC.

Chaque chose ayant temps, ces compatriotes devraient faire amende honorable pour tous les torts causés au pays pendant des décennies, au point d'entretenir le paradoxe qui ne s'explique pas : un pays immensément riche avec une population très pauvre. Et lever l'option d'un nouveau départ pour la gestion de la chose publique. Toutes les grandes nations du monde l'ont fait pour devenir ce qu'elles sont aujourd'hui. Pourquoi la RD. Congo ne peut-elle pas suivre le bon exemple des autres ?

C'est pourquoi il faudra tout mettre en exergue, à tous les niveaux de responsabilité, pour décourager ces hommes et femmes qui militent jour et nuit pour maintenir le pays dans le sous-développement. Dom

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.