Congo-Kinshasa: Alerte de l'OCC - Pilchards avariés en RDCongo

Des pilchards impropres à la consommation se trouvent sur le marché congolais. L'alerte est de l'OCC (Office Congolais de Contrôle), l'organisme public spécialisé dans la certification de la qualité des produits divers, à l'import comme à l'export.

Selon cette entreprise publique, elle a reçu de son ministère de tutelle, à savoir celui du Commerce, l'instruction de ne pas autoriser l'entrée aux postes frontaliers du pays, les cargaisons de ces conserves fort dangereuses pour la consommation humaine et de procéder à leur retrait, sans délai de la circulation. Il est également demandé à l'OCC de procéder à la traque des lots ayant déjà franchi les frontières nationales et de les détruire.

La haute direction de l'OCC nous apprend qu'en réalité, le ministre congolais du Commerce avait été alerté, pour sa part, par un communiqué du ministère de la Santé et du Bien-être du Botswana. Tout en saluant l'alerte de l'OCC, on ne peut s'empêcher de faire des observations. La première est de savoir depuis quand le lot controversé est entré en territoire congolais, par quel poste frontalier, et en quelle quantité. En second lieu, on devrait communiquer à l'opinion nationale l'identité de l'importateur et indiquer comment il a réussi faire passer sa marchandise, dès lors qu'il existe un contrôle de qualité en amont, c'est-à-dire à partir de l'Etat de provenance d'une marchandise donnée, par une société partenaire de l'Etat congolais.La troisième observation porte sur la capacité de l'OCC à faire la traçabilité des marchandises ayant échappé aux mailles de ses filets à partir des postes frontaliers du pays.

Ce qu'il faut craindre, à présent, c'est l'interférence des décideurs politiques, capables de remettre en cause l'alerte de l'OCC et de diligenter une contre-expertise de complaisance, comme cela arrive souvent, pour soutenir que les boites de pilchards incriminées ne seraient pas dangereuses pour la santé des consommateurs congolais. Il faut également redouter le fait qu'au moment où l'alerte est lancée, l'importateur n'ait déjà réussi à écouler le gros de sa marchandise, qui se trouve présentement au niveau des vendeurs au détail, difficile à traquer à Kinshasa comme en provinces.

Il est également possible que la société importatrice ait déjà eu le temps de modifier les étiquettes de ces boîtes de conserves et de falsifier les codes incrustés sur leurs enveloppes métallisées. Bref, un terrible front est ouvert face aux opérateurs économiques qui ont transformé, depuis des décennies, la République Démocratique du Congolais en « dépotoirs » alimentaires, avec la complicité de ses fils et filles placés aux centres de décisions.

Concerne : Instruction de service relative au rappel de boites de pilchards en sauce tomate et en sauce pimentée

Notre Tutelle nous a transmis le communiqué de presse du Ministère de la Santé et du Bien-être de la République du Botswana ci-joint relatif au rappel ou le retrait de boites de pilchards reprises en rubrique pour procéder à leur retrait de la distribution parce qu'ils sont impropres à la consommation.Dès lors, vous devez veiller à ce que ces lots n'entrent pas en RDC et même à retracer les cargaisons concernées déjà entrées au pays pour leur retrait du circuit de distribution en les mettant en consignation.

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.