Sénégal: Gels antiseptiques et masques pour la prevention du Covid-19

Après l'annonce de quatre (4) cas confirmés de coronavirus (Covid-19) au Sénégal en trois (3) jours, la psychose monte chez les populations.

Elles se ruent dans les officines privées de pharmacie à la recherche de masques et gels hydro-alcoolisés. Cependant, beaucoup d'entre elles butent sur la pénurie de ces produits.

Les masques et gels antiseptiques sont-ils une nécessité pour se protéger de la maladie ? Des professionnels de la santé se prononcent afin de rassurer les habitants.

MASQUES ET GELS ANTISEPTIQUES EN RUPTURE DANS CERTAINES PHARMACIES DE DAKAR

Masques au nez du personnel, deux flacons d'antiseptiques posés au rebord du comptoir. C'est le dispositif mis en place au niveau de la pharmacie située en face de l'hôpital Abass Ndao de Dakar, au boulevard Gueule-Tapée, pour prévenir la maladie à coronavirus (Covid-19).

Le gérant, en blouse blanche et enfilant un masque, docteur Cheikh Ndiaye dit qu'il n'y a pas d'antiseptiques, depuis mardi 02 mars 2020.

«Nous sommes en rupture d'antiseptiques depuis hier (avant-hier mardi, ndlr), il ne reste que deux flacons et c'est pour nous qui sommes aussi exposés».

Pour le prix des antiseptiques, selon le pharmacien, «le flacon de 500 ml est à 2500 francs Cfa». Concernant les masques, docteur Ndiaye renseigne : «il y en a assez pour la semaine».

Par contre pour le gérant de la pharmacie qui se trouve en face de l'hôpital Fann, sur l'avenue Cheikh Anta Diop de Dakar la réalité est toute autre. «Nous n'avons ni de masques, ni d'antiseptiques ; tout est fini», a-t-il donné comme réponse.

Et de poursuivre : «chaque deux secondes, des clients viennent pour acheter soit des antiseptiques, soit des masques ; mais, malheureusement, il n'y en a pas».

Une situation qui augmente le degré de panique et de psychose de ces populations en quête, désespérément, de produits antiseptiques pour prévenir la maladie.

Trouvé dans une pharmacie de la place, Mor Sow, étudiant en Lettre moderne à l'Université Cheikh Anta Diop (Ucad) de Dakar, venu acheter un antiseptique, ne cache pas son désarroi. «J'ai entendu que parmi les mesures de prévention du Covid-19, il y a les masques et les antiseptiques.

Alors, je suis venu ici pour en acheter, mais malheureusement il n'y a plus d'antiseptiques», a expliqué l'étudiant. Cette situation est presque similaire au niveau de l'officine privée de Dakar. Les antiseptiques sont en rupture, contrairement aux masques qui y sont disponibles, mais en faible quantité.

NE PAS CEDER A LA PANIQUE ?

Certes, le Sénégal a enregistré quatre cas confirmés de Covid 19, du lundi au mercredi. Même si la population est dans la panique presque générale suite au nombre de victimes enregistrés en Asie, plus précisément en Chine, et en Europe où l'Italie dépasse ainsi la barre de cent décès depuis le mois de janvier, les acteurs de la santé du Sénégal rassurent. «Le Sénégal n'est pas encore en situation d'urgence».

Pour le professeur Daouda Ndiaye, chef de service du Laboratoire de parasitologie et virologie de l'hôpital Aristide Le Dantec, il n'y pas raison de paniquer car le Coronavirus est moins dangereux que des pathologies comme Ebola.

Il ajoute que le Sénégal reste moins exposé, si toutefois les mesures de préventions, dont les dispositifs de surveillance et de contrôle, sont renforcés.

Les acteurs de la santé appellent ainsi la population à plus de calme et à observer les règles d'hygiène élémentaires basées sur le lavage des mains à l'eau savonneuse et à éviter les contacts.

LA SITUATION ACTUELLE NECESSITE-ELLE LE PORT DE MASQUE?

Si les gels antiseptiques restent une nécessité pour la prévention contre le nouveau coronavirus qui s'est déclaré au Sénégal, le port de masque n'en demeure pas très important. Dans le dispositif de prévention, selon docteur Sokhna Gueye de la Pharmacie nationale d'approvisionnement (PNA), seules les personnes qui présentent des symptômes respiratoires, tels que la toux, ont besoin de porter un masque médical.

Pour elle, L'Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande le port d'un masque aux personnes qui présentent des symptômes de Covid-19 et à celles qui s'occupent de malades qui présentent des symptômes (toux et fièvre). «Le port du masques est essentiel pour les agents de santé et les personnes qui s'occupent de malades», a-t-elle renseigné.

Et la chargée des stoks au niveau de la PNA d'expliqué : «il ne sert à rien de vider les pharmacies et de créer l'inflation au niveau de la vente des masques».

Revenant sur la pénurie de gels et de masques notés au niveau des officines privés, la responsable des stocks de la PNA a révélé : «les établissements publics que nous gérons sont à l'abri d'une pénurie de gels et de masques, en ce moment».

Pour corréler ces propos, l'Organisation mondiale de la santé (OMS), prévient contre les risques de mauvaise utilisation des masques qui peuvent conduire au «gaspillage de ressources précieuses».

Pour l'Unicef, si l'on porte un masque, il doit être porté et détruit conformément aux recommandations pour s'assurer qu'il soit efficace et éviter d'augmenter les risques de transmettre le virus.

De ce fait, le seul usage du masque ne suffit pas à arrêter les infections et il faut, en outre, suivre les précautions qui reposent sur les règles primaires d'hygiène à savoir se laver les mains.

QUE FAIRE, EN L'ABSENCE DE GELS HYDROALCOOLIQUES ?

Le lavage des mains classique, avec de l'eau et du savon, est toujours à privilégier, selon les acteurs de la santé.

Face à la rupture de stocks au niveau de la majorité des pharmacies, le moyens le plus efficace pour se protéger ne consiste pas à attendre les gels hydroalcooliques, mais à se laver régulièrement les mains avec de l'eau et du savon.

«La meilleure façon de se protéger et de protéger les autres contre Covid-19 est de se laver fréquemment les mains, de se couvrir la bouche avec le pli du coude ou avec un mouchoir et de se tenir à une distance d'un mètre de toute personne qui touche ou qui éternue», a recommandé l'OMS.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.