Angola: C'est encore tôt de penser à la révision budgétaire, dit la ministre des Finances

Luanda — Malgré la volatilité persistante du prix de pétrole sur les marchés internationaux, « c'est encore tôt de penser à une éventuelle révision budgétaire », a estimé jeudi à Luanda la ministre angolaise des Finances, Vera Daves.

Le baril de pétrole enregistre, ces derniers jours, une baisse, due notamment à l'irruption du « COVID-19 », qui a déjà fait plus de trois mille morts à travers le monde.Ce jeudi (05), le Brent, produit de référence pour les exportations du pétrole angolais, vendait à environ 51 dollars/baril sur les principaux marchés internationaux.

Approuvé en décembre 2019, le budget général de l'Etat, déjà en vigueur, prévoit des recettes et des dépenses estimées à 11,3 billions de kwanzas.Le présent instrument financier, privilégiant le secteur social, lui attribue 18 pourcent du budget global.Selon la ministre des Finances, la volatilité du prix de pétrole a créé, depuis mi 2014, un horizon d'incertitudes sur les défis macroéconomiques, ce qui oblige les autorités angolaises à prendre diverses mesures de mitigation.

« Les politiques de mitigation concourent, inévitablement, à court terme, pour la contraction économique, par la voie de réduction des dépenses publiques », a-t-elle dit.

«L'Angola n'échappe pas à cette réalité, qui affecte tous les pays exportateurs de pétrole, et nous oblige à prendre des mesures de mitigation », a-t-elle ajouté lors de l'acte de présentation du « Rapport Annuel des Marchés - BODIVA (2019) ».La ministre des Finances a souligné que le ralentissement de la production pétrolière et de l'activité économique s'est répercuté fortement sur le budget en Angola, aggravant ainsi le déficit et la dette publique.Et malgré cela, des pas importants ont quand même été franchis en ce qui concerne la réforme fiscale, a-t-elle enfin ajouté.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.