Congo-Kinshasa: Colère des chauffeurs d'Uvira contre les douanes burundaises

Ces chauffeurs, qui travaillent pour des agences de voyages, sont en grève depuis lundi. Ils dénoncent les tracasseries administratives dont ils sont victimes de la part des douanes burundaises.

Ils sont une cinquantaine de chauffeurs, pour la plupart des jeunes qui manifestent non loin de la frontière congolaise de Kavinvira. Ils disent qu'ils ont décidé de cesser le travail, car ils en ont marre des tracasseries côté burundais.

Bonheur Waganda est l'un d'entre eux : « Nous souffrons beaucoup pourtant nous ne sommes que des transporteurs. C'est comme moi par exemple, si je trouve un client, je n'ai pas le temps de lui demander le document exigé s'il a par exemple cinq cartons d'eau.

Même pour un petit colis ils nous exigent de présenter les bordeaux en provenance de la banque faute de quoi nos véhicules sont mis à la fourrière au Burundi, c'est anormal. Nous souffrons ! »

« Ils jettent nos marchandises dans la rivière Ruzizi »

Les petits commerçants qui font la navette entre Uvira et Bujumbura se plaignent aussi, comme l'explique Robert Mayani, le président de l'association des vendeurs de boissons : « À chaque fois que nous allons au Burundi, nous amenons nos marchandises au Burundi et nous les vendons en francs burundais et directement nous nous approvisionnons aussi en francs burundais.

Ils nous demandent les bordereaux de banque ou ils jettent nos marchandises dans la rivière Ruzizi. »

Depuis mardi, les bureaux des agences de voyages restent fermés. Pour se rendre au Burundi, les passagers sont obligés de faire une dizaine de kilomètres à moto jusqu'à la frontière de Kavinvira où des taxis les attendent.

Dans une correspondance adressée au gouverneur du Sud-Kivu, le président de la nouvelle société civile d'Uvira, André Byadunia exhorte les 2 Pays à respecter les normes en vigueur régissant la circulation des biens et des personnes.

Pour les services de l'office burundais des recettes, qui ont requis l'anonymat, ces mesures de contrôle visent à lutter contre la hausse du taux de change en dollars américains qui, selon eux, a un impact négatif sur l'économie du pays.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.