Cameroun: Infrastructures - Une route bitumée relie le Congo au Cameroun

Le chef de l'Etat, Denis Sassou N'Guesso, a inauguré, le 6 mars, le deuxième module de la route d'intérêt sous régional reliant le Congo à Ntam, à la frontière du Cameroun.

Construite sur un cofinancement de la Banque africaine de développement (BAD) et du gouvernement congolais, cette route dont le premier module (Ketta-Sembé) avait été réceptionné le 11 février 2016, constitue, selon le ministre Jean Jacques Bouya en charge de l'Aménagement du territoire, la première liaison d'intégration réalisée sur la base des études et caractéristiques harmonisées et consensuelles par les experts du Congo, du Cameroun, de la CEEAC et de la CEMAC, regroupés en comité technique mixte.

C'est un maillon du corridor 29 du réseau routier dit de " première priorité" du plan directeur consensuel des transports en Afrique centrale. Ce tronçon long de 143 km, soit un total de plus 328 km (y compris le segment Ketta-Sembé), est d'une importance capitale pour les deux capitales (Brazzaville-Yaoundé). Car, il est appelé à jouer un rôle de premier rang dans l'accès aux intrants économiques, tout en assurant un meilleur accès aux grands marchés régionaux et favorisant l'intégration.

« Son objectif est aussi, à terme, de raccorder la République centrafricaine au Cameroun, au Gabon et d'assurer l'interconnexion avec la route Pointe-

Noire/Brazzaville, afin de faciliter le commerce intra-africain par l'échange et la transformation des produits primaires en produits secondaires et tertiaires, en vue de les exporter en international », a indiqué Jean Jacques Bouya, lors de l'inauguration de cette route par le chef de l'Etat.

Selon le ministre chargé de l'Aménagement du territoire, cette infrastructure s'affirme, au regard de son ancrage et son positionnement stratégique, comme l'une des bretelles dynamiques du corridor 13, notamment la transafricaine Tripoli-Windhoek-Le Cap.

Le coût de ce projet est estimé à quelque 103 milliards de francs CFA, dont 80 milliards de francs CFA de la BAD, sous forme de prêt. Pour les populations de cette contrée, la concrétisation de ce projet vient ainsi mettre un terme aux lointains souvenirs de plusieurs jours de marche pour rallier Ouesso, chef-lieu du département de la Sangha.

« Pendant des années, nous avons marché avec des paniers au dos. Aujourd'hui, grâce au bitume, il est possible de faire des aller- retour vers Ouesso. C'est un grand exploit, car cela fait grandir l'activité économique. Notre souhait est que l'Etat camerounais s'active pour raccorder la frontière qui est Ntam. Cela fera que les échanges commerciaux se fassent dans les deux sens », a déclaré Jean Paul Biteke, président des sages de Souanké.

Présent à cette cérémonie, le secrétaire général adjoint de la CEEAC, Tabu Abdallah Maniriakiza, a signifié que la mise œuvre des mesures de facilitation des transports consenties par les deux États sera une réalité sur l'axe Kette-Djoum avec l'achèvement, sous peu, des travaux côté Cameroun et la construction du poste de contrôle frontalier unique sur la supervision de son institution.

L'objectif visé, a-t-il précisé, est d'accroître la compétitivité du corridor Brazzaville-Yaoundé (1612km). L'exécution entière de ce projet permettra de disposer d'un corridor entièrement revêtu entre les deux capitales.

Au-delà des avantages qu'il représente en termes de développement des échanges entre les deux pays, ce projet contribuera également, a souligné le représentant de la BAD, Antoine Marie Tioye, au renforcement de l'intégration en Afrique centrale en permettant l'interconnexion sur les axes Cameroun, Gabon, RDC, Guinée équatoriale, Centrafrique et Tchad.

Pour le ministre de l'Equipement et des travaux publics, Émile Ouosso, la mise en œuvre de ce projet conforte la position du Congo dans sa vocation de pays de transit.

Du côté congolais, les travaux de cette route (Ketta-Djoum 505km) ont été réalisés par la société chinoise Sino Hydro Tianjin Engineering Corporation Ltd. Le chantier a mobilisé 711 travailleurs dont 411 Congolais.

Notons que cette route a été inaugurée en présence du ministre camerounais des Travaux publics, Emmanuel Nganou Djoumessi.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.