Cameroun: Intégration Cameroun-Congo - Des avancées concrètes

Le président Sassou Nguesso a inauguré le tronçon Sembe-Souanké-Ntam vendredi dernier. Pendant ce temps au Cameroun, les travaux Sangmelima-Djoum-Ntam s'accélèrent.

700 km. C'est la distance qui sépare les villes de Sangmelima au Cameroun et de Ouesso en République du Congo. Les près de 400 km relevant de la responsabilité du Congo sont à ce jour achevés. Et le président congolais, Denis Sassou Nguesso, a inauguré le dernier tronçon vendredi dernier, à Souanke, une ville traversée par cette route longue de 143 km à l'intérieur du Congo. Le ministre camerounais des Travaux publics, a pris part à cette cérémonie, à la tête d'une délégation comprenant entre autres les autorités locales et ses collaborateurs chargés du suivi des travaux. Deuxième segment du projet de la route Ketta-Djoum (503km) reliant la République du Congo et le Cameroun, le tronçon Sembé-Souanké-Ntam (143km) va désenclaver les localités du Sud et de l'Est du Cameroun (bassins agricoles et miniers) et celles de la Sangha, une région située à plus de 800km au nord-ouest de Brazzaville.

Les travaux, deux voies de circulation et une chaussée de 7,50 mètres de large, ont été exécutés en un peu plus de deux ans par la société chinoise Sinohydro Tianjin Engineering Corporation, également présente au Cameroun. Côté Congo, les travaux de l'axe officiellement entré en service vendredi 6 mars dernier sont évalués à près de 38 milliards de F sur financement de la Banque africaine de Développement (90%) et du Congo (10%). Ce projet, qui est en réalité une partie de la route Ketta-Djoum, fait partie du corridor n°29 qui relie les villes de Brazzaville et Yaoundé sur plus de 1624km. Il s'inscrit dans le cadre du programme de développement des infrastructures en Afrique et du plan directeur consensuel des transports en Afrique centrale.

Il vise, entre autres, à favoriser l'intégration régionale, renforcer les échanges commerciaux entre les deux pays et faciliter la circulation des personnes et des biens, mais aussi améliorer les conditions de vie des populations riveraines. C'est d'ailleurs ces aspects qui ont été salués par les représentants des principaux bailleurs de fonds que sont la Communauté économiques des Etats de l'Afrique centrale et la Banque africaine de Développement. Après la phase protocolaire à Souanke, le président congolais a visité la route sur 65 Km, jusqu'à la frontière avec le Cameroun à Ntam. Là, il a découvert le poste frontière mixte a été construit sur une superficie de cinq hectares. Outre le corridor Yaoundé Brazzaville, le Cameroun et le Congo ont en commun d'autres projets d'infrastructures. Notamment la construction d'une université inter-Etats dont le siège est à Sangmelima, et la construction du barrage hydroélectrique de Cholet à cheval entre les deux pays, avec une ambition de production de 600MW.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.