Niger: En colère, les magistrats organisent une journée «Justice morte»

Le Syndicat autonome des magistrats a appelé à une journée « Justice morte » au Niger, ce lundi 9 mars, pour protester contre l'immixtion du pouvoir exécutif dans les attributions du pouvoir judiciaire.

Cette colère des magistrats nigériens fait suite au communiqué du gouvernement, diffusé fin février, après l'audit des dépenses militaires qui a révélé d'importants détournements. Le communiqué assure que seuls seront traduits en justice ceux qui ne rembourseraient pas ce qu'ils doivent.

Cette position du gouvernement est inacceptable pour le Syndicat autonome des magistrats du Niger (Saman), soutenu aujourd'hui par plusieurs autres syndicats. Une véritable fronde judiciaire s'organise dans le pays. Les magistrats ont déjà rallié à leur cause l'Association des jeunes avocats, le Syndicat des agents de justice et le barreau du Niger.

Dans une déclaration commune, rendue publique ce lundi 9 mars, les signataires demandent au gouvernement de transmettre, sans délai, aux autorités judiciaires, le rapport définitif de l'audit du ministère de la Défense nationale. « Ce n'est pas au gouvernement de faire le tri entre ceux qui doivent être envoyés devant la justice et les autres », explique le bâtonnier de l'ordre des avocats.

Grogne qui monte

Pour défendre les valeurs de la justice nigérienne, les signataires ont aussi décidé de créer un cadre de concertation des acteurs de la justice. À ce stade, il s'agit d'une union pour faire bloc et prendre une position de principe. « Si nous ne sommes pas entendus, si le gouvernement n'entend pas raison, nous continuerons le combat », assure le bâtonnier Boubacar Oumarou.

Cette grogne monte depuis plusieurs jours. Elle a reçu, dans la journée de ce lundi 9 mars, le soutien « indéfectible » du Syndicat national des agents des douanes (SNAD) qui appelle les autres syndicats à soutenir les actions des magistrats « sans réserve » et « jusqu'à la victoire finale ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.