Congo-Kinshasa: Paris - Jean-Martin Sali Bongenge exhorte les Congolais à l'unité

Jean-Martin Sali Bongenge, président des « Résistants Combattants du Kongo » (RCK), a tenu un point de presse à Paris, le samedi 7 mars 2020, au Centre International de Culture Populaire (CICP). Il a planché sur son périple en RDC où il a entamé la procédure d'agrément de son mouvement comme parti politique. Et fort du constat des divisions au sein de la population, il exhorte les Congolais à l'unité.

Un bel exposé de Jean-Martin Sali Bongenge samedi dernier. Pendant environ 1h30, face à la presse congolaise et internationale, il a retracé les étapes de son parcours d'activiste politique. Un cheminement riche d'interrogations qui l'a conduit à réorienter son combat.

De sa belle expérience de « résistant et combattant », il en tire la conclusion suivante : « Marches, sit-in, coups de poing... c'est fini. Le mouvement RCK ne tient plus rester spectateur mais acteur majeur pour le changement en RDC. Un fils du pays est aujourd'hui président de la République. Nous prenons donc l'option de le soutenir pour sortir le pays du gouffre dans lequel il est tombé », a-t-il déclaré.

Ayant une vision positive pour la RDC, Jean-Martin Sali Bongenge refuse le statu quo dans un pays doté d'immenses ressources naturelles et humaines mais dont la population vit dans une extrême pauvreté. D'après lui, un vrai changement s'impose. Il fait donc confiance à l'actuel régime à venir à bout de cette situation. Le mouvement « RCK », parti politique, est prêt à porter sa pierre à l'édifice.

Le mouvement « RCK » entend participer à la vie démocratique et avoir sa place au sein des institutions de la République pour mener à bien son combat, celui de la « libération totale » du Congo et assurer une vie normale à une population qui ne sait plus à quel saint se vouer.

« Nous participerons à toutes les élections. Nous voulons agir, car nous avons la capacité à réellement changer le cours des choses : libérer totalement notre pays des griffes de ses ennemis. Ce, pour le bonheur du peuple congolais », a-t-il dit.

Il a rendu hommage aux Congolais morts à cause de leurs revendications légitimes : Floribert Chebeya, Fidèle Bazana, Armand Tungulu Mudiandambu, Rossy Mukendi Tshimanga... Disparitions qui n'ont fait qu'aggraver le désaccord qui existe entre l'ancien régime de Kabila et les Congolais, en l'occurrence la diaspora. La tension persiste, malgré l'arrivée au pouvoir de Félix Tshisekedi.

« Construire un véritable état de droit »

Pour Jean-Martin Sali Bongenge, l'élection de Félix Tshisekedi à la tête du pays ouvre le pays sur le chemin d'un État de droit, notion chère à Étienne Tshisekedi Wa Mulumba à qui il a rendu hommage.

« Ma vision est celle d'un pays où personne n'est au-dessus de la loi. Et la bonne gouvernance politique devrait permettre la mise en place d'une justice qui accorde la primauté aux droits des citoyens à sanctionner ses gouvernants. Pas de justice à deux vitesses », a-t-il affirmé.

« Notre vision Bolingo, Mibeko mpe Misala, c'est-à-dire amour, loi et travail, n'est pas un simple slogan (... ) Cet objectif n'est possible que si nous parvenons à construire un véritable État de droit », a-t-il poursuivi, et il demande que justice soit rendue contre les crimes graves, crimes de génocide, crimes contre l'humanité, ainsi que de crimes financiers perpétrés en RDC depuis 23 ans.

Bannir les divisions

« Rassembler le peuple congolais qui doit vivre dans la paix et dans l'unité », telle est l'idée qui sous-tend la démarche du mouvement « RCK », parti politique. Pour ce faire, il faut bannir les divisions.

« Les divisions et les déchirements entre les Congolais sont connus. Halte au tribalisme ! Nous risquons d'en payer un lourd tribut. Ne tombons pas dans le piège de nos ennemis qui ne souhaitent pas voir le peuple congolais uni », a-t-il déclaré.

« J'exhorte les Congolais à l'unité. Et pour créer cette unité, il faut que le dialogue s'engage entre nous. Nul ne peut prétendre être plus fort que les autres. Mettons-nous ensemble pour réussir l'alternance en RDC », a-t-il poursuivi, à l'instar des propos tenus lors de sa conférence de presse à Lemba (Kinshasa), qui a tourné autour de l'unité nationale et la reconstruction du pays.

Dans le cadre de son périple en RDC, la délégation du mouvement « RCK » a visité notamment la cité sainte de Nkamba (Kongo central) où elle a été reçue par le chef spirituel et représentant légal de l'Église kimbanguiste, Simon Kimbangu Kiangani. Elle a également été reçue par plusieurs personnalités politiques et certains membres de la société civile.

De plus, elle a visité le mausolée d'Étienne Tshisekedi à Nsele, le monument de Patrice Emery Lumumba à Limete, et les sépultures des combattants de la démocratie et de la liberté, dont Rossy Mukendi Tshimanga.

Porteur de deux projets sur le plan social et écologique (l'électrification de proximité et le traitement d'eau potable), le mouvement « RCK », qui a entamé la procédure d'enregistrement et sa reconnaissance comme parti politique, veut s'affirmer comme une force politique avec laquelle il faut désormais compter.

Robert Kongo, correspondant en France

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.