Maroc: L'Algérie et le Polisario accusés de violation des droits de l'Homme

Fadel Breika dénonce les pratiques des séparatistes devant le CDH

Intervenant dans le cadre de la 43ème session du CDH au Palais des Nations unies, Fadel Breika, défenseur des droits de l'Homme et dissident du Polisario qui vient d'être libéré des bagnes de Lahmada où il avait subi durant près de cinq mois les pires sévices physiques et psychologiques pour avoir osé dénoncer les graves violations des droits humains et la dépravation des dirigeants séparatistes ainsi que leur exploitation de la misère des populations des camps pour servir leurs intérêts personnels, a pointé du doigt la responsabilité juridique de l'Algérie dans les atrocités commises par les miliciens du Polisario avec l'appui des services et de l'armée algérienne contre les civils sahraouis des camps de Tindouf.

Le militant sahraoui qui a été embastillé avec deux blogueurs, à savoir Mahmoud Zedan et Moulay Abba Bouzid, a fustigé « le mutisme des soi-disant défenseurs du peuple sahraoui sur les sévices et les violations commis par les dirigeants du Polisario avec la complicité des services de sécurité algériens dans l'objectif de faire taire, par le feu et le sang, toute opposition à ses visées séparatistes».

Devant les membres de la 43ème session du CDH, Fadel Breika a raconté avoir été kidnappé aux côtés desdits blogueurs par des miliciens armés pour la simple raison qu'ils avaient dénoncé sur les réseaux sociaux les graves violations commises contre les populations des camps de Tindouf.

Les trois activistes sahraouis ont été par la suite détenus, en violation de la loi, dans des lieux secrets, « où ils avaient été soumis à divers types de tortures et d'abus ».

« Mon corps porte encore les traces des blessures et les marques de la torture que j'ai subie au cours des cinq derniers mois de l'année 2019 dans les prisons secrètes gérées par le Polisario avec la bénédiction du gouvernement algérien ».

Il a également affirmé que tous les opposants aux visées du Polisario sont systématiquement soumis à la torture et à des sévices cruels.

A la fin de son intervention, il a appelé le Conseil des droits de l'Homme et la communauté internationale à faire pression sur l'Algérie pour qu'elle assume ses responsabilités légales en tant que pays d'accueil des camps de Tindouf.

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.