Congo-Kinshasa: Les femmes casques bleus témoignent leur solidarité aux femmes de la région de Beni

communiqué de presse

Dans le cadre de la Célébration de la Journée internationale des droits des femmes, les femmes casques bleus du Malawi, de la Tanzanie et de l'Afrique du Sud, membres de de la Brigade Internationale de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en République Démocratique du Congo (MONUSCO) ont organisé dans la région de Beni, diverses activités pour la promotion des droits des femmes et des jeunes filles.

C'est ainsi que les casques bleus du Malawi, ont organisé une séance de sensibilisation à l'institut Kilokwa, à Beni. Les femmes des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC), les femmes dudit quartier ainsi que les filles élèves de cette école ont pris part à cette séance. L'objectif de cette rencontre était de parler à toutes ces femmes de leurs droits, notamment de la nécessité, pour ces jeunes filles, d'aller à l'école ainsi que de la santé de la reproduction.

Ces jeunes filles n'ont pas caché leur satisfaction. « Mes parents ne me parlent pas souvent de mes droits en tant que jeune fille. Par exemple, me dire que les filles et les garçons peuvent accéder au même métier, comme être pilote, ou être militaire comme ces femmes casques bleus », dit l'une des élèves.

L'institut Kilokwa n'a pas été choisi au hasard par le contingent malawite. Cet établissement compte 400 filles sur un total de 615 élèves. Et pour permettre à ces filles de travailler dans les meilleures conditions hygiéniques, le contingent malawite a initié un projet à impact rapide pour la construction de latrines qui manquent dans cet l'établissement. Selon la capitaine Thomasin Tumpale Gondwe, c'e projet va « permettre aux filles de continuer à venir au collège même pendant leurs périodes de menstrues où souvent beaucoup d'absences sont constatées ».

De leur côté, les femmes du contingent tanzanien se sont rendues à Matembo, dans la zone de Mavivi sur la route de l'aéroport, à 10 kms au nord de Beni. Là, elles ont entretenu les femmes sur leurs droits en se basant sur la lettre du Secrétaire général des Nations Unies, sur l'Egalité des genres. Antonio Guterres dit que l'attachement à cette égalité doit se manifester « dans toutes nos activités, à chaque instant ».

Les médecins du contingent tanzanien ont ensuite organisé des consultations médicales gratuites pour les habitants du village, une quarantaine au moins, avant de leur distribuer des médicaments.

Pour leur part, les femmes casques bleus sud-africaines étaient, elles, à Mayi-Moya, à moins de 45 kms au nord-est de Beni. Le contingent dispose d'une importante base dans cette localité. Les casques bleus sud-africaines ont profité de l'occasion pour sensibiliser sur la maladie à virus Ebola et sur le coronavirus. Elles ont par ailleurs procédé à des séances de maquillage de jeunes filles. Une façon ludique de les rendre belles à l'occasion de cette journée consacrée aux femmes.

Par ailleurs, le bureau de la MONUSCO à Beni a aussi célébré, la Journée internationale sur les droits des femmes avec les pensionnaires de la prison pour femmes de Beni. Un important don en vivres et non vivres, cadeau du personnel civil et militaire de la MONUSCO, a été remis à ces détenues ainsi qu'à leurs enfants.

Ces prisonnières ont demandé surtout de la célérité dans le traitement de leurs dossiers qui trainent souvent au niveau de la justice. Josiah Obat, chef de bureau ad intérim de la MONUSCO, a souligné que leur préoccupation sera prise en compte car c'est aussi une violation de leurs droits si les détenus restent dans les prisons sans jugement.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Maintien de la Paix et Resolution des Conflits

Plus de: Monusco

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.