Madagascar: Élevage - Confirmation de la rage à Mahajanga

Les résultats de l'analyse effectuée auprès de l'Institut Pasteur de Madagascar ont confirmé l'existence du virus de la rage à Mahajanga. Dix-neuf nouvelles personnes ont été mordues par d'autres chiens enragés, la semaine passée, mais cette fois à Tsararano-Anosikely, les derniers cas ayant eu lieu à Tsararano-Ambony, il y a trois semaines.

« Les victimes ont déjà reçu les soins nécessaires et des piqures auprès du Centre hospitalier universitaire de Mahavoky-Atsimo le jeudi 27 février », a expliqué le directeur de l'établissement, le Dr Mahafaly.

Les mercredi 4 et jeudi 5 mars, une opération de vaccination des animaux domestiques à Mahajanga a été initiée par la direction régionale de l'Élevage de Boeny. « Tous les animaux domestiques, les chiens et les chats, doivent être vaccinés. Nous allons ensuite lancer une opération d'abattage des chiens errants pour éviter la propagation de la maladie », annonce le directeur.

D'après les statistiques, l'année passée, 880 personnes résidant dans la commune rurale de Marearano ainsi que dans les districts de Mahajanga 2, de Marovoay, d'Ambato-Boeny et de Mahajanga 1 étaient mordues par des chiens, dont 660 personnes dans la ville de Mahajanga.

« Cent-cinquante personnes étaient dans la tranche d'âge de 5 à 14 ans, 180 personnes dans celle de 15 à 24 ans, et plus 330 personnes avaient plus de 25 ans. Le reste était originaire de Besalampy. Trois malades venant de Marovoay n'étaient pas venus au CHU Manarapenitra à Mahavoky, pour se faire vacciner. Ils sont décédés », explique un responsable. Cet établissement est le seul habilité à soigner le virus de la rage à Mahajanga.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.