Zimbabwe: Disparition d'Itaï Dzamara - Ses proches toujours mobilisés

Les autorités zimbabwéennes doivent tenir la promesse qu'elles ont faite d'enquêter sur toutes les pistes afin de déterminer ce qu'il est advenu d'Itai Dzamara, militant pro-démocratie et journaliste qui a « disparu », a déclaré Amnesty International le 9 mars 2018, trois ans après sa disparition.

Au Zimbabwe, cela fait maintenant cinq ans qu'Itaï Dzamara, opposant à Robert Mugabe, a disparu. Famille et sympathisants se sont réunis hier, mardi 10 mars, à Harare, comme chaque année, pour réclamer une enquête indépendante alors que le gouvernement assure prendre cette affaire très au sérieux et mettre tout en oeuvre pour découvrir la vérité.

C'était le 9 mars 2015. Itaï Dzamara a été enlevé par cinq individus non-identifiés alors qu'il sortait d'un salon de coiffure dans la banlieue de Harare. Depuis, plus aucune nouvelle. En 2015, sa famille craignait qu'il ait été enlevé par des agents de renseignement de l'Etat. En effet, Itaï, Dzamara avait alors manifesté à plusieurs reprises pour demander la démission du président Mugabe, qu'il accusait de détruire le pays.

Vongai Vimbai Chikwanda, militant d'Amnesty international, regrette que les autorités zimbabwéennes ne prennent pas cette affaire aussi au sérieux qu'elles le prétendent. « Nous demandons qu'un juge indépendant obtienne la permission d'enquêter, non seulement sur la disparition forcée d'Itaï Zamara, mais aussi sur tous les tenants et aboutissants de cette affaire, explique t-il au téléphone à Florine Boukhelifa. Il faudrait notamment qu'il puisse interroger tous les témoins et nous souhaitons que les procès verbaux de ces auditions soient rendus publics.

De son côté, la police doit également s'impliquer et arrêter toute personne en lien avec cet enlèvement. Il ne faut pas que les coupables puissent parcourir le pays sans jamais être traduits en justice devant un tribunal compétent...

La famille d'Itaï Zamara a encore l'espoir qu'il soit en vie... C'est ce que je pense aussi... L'Etat doit juste nous dire où il se trouve.»

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.