Afrique: Haïti -Uun hôpital de traumatologie au cœur des violences à Port-au Prince

communiqué de presse

Au cours des trois mois qui ont suivi son ouverture, l'hôpital de traumatologie de Tabarre, géré par Médecins Sans Frontières (MSF) à Port-au-Prince, a admis plus de 360 patients nécessitant des soins vitaux, dont plus de 220 patients blessés lors des épisodes de violence dans la capitale.

« Depuis l'ouverture de l'hôpital de Tabarre, fin novembre 2019, nous avons constaté quotidiennement l'impact dévastateur de la violence - des combats entre gangs à la violence associée aux manifestations politiques - sur la vie des habitants de Port-au-Prince et au-delà », raconte Hassan Issa, chef de mission MSF en Haïti. En effet, depuis septembre 2019, d'importantes manifestations, souvent violentes, ont lieu dans la capitale, en contestation de la hausse du coût de la vie et du manque d'opportunités économiques.

« Le nombre de blessures graves dues à la violence que nous avons traitées reflète la situation désastreuse qui règne aujourd'hui dans les zones urbaines d'Haïti, où fusillades, détournements de voitures et enlèvements se produisent régulièrement », renchérit Hassan Issa.

Anderson Alexandre, 30 ans, père de deux enfants, a reçu deux balles dans le pied lors d'une fusillade le samedi 21 décembre 2019 dans le quartier Delmas de Port-au-Prince alors qu'il était en train d'acheter de l'eau pour sa famille. Il a été transporté à l'hôpital MSF de Tabarre pour y être soigné. © Nico Dauterive/MSF

MSF a rapidement doublé la capacité de l'hôpital en passant à 50 lits afin de pouvoir prendre en charge davantage de patients. Depuis lors, l'hôpital tourne quasiment à plein régime, avec des pics d'admission sporadiques à la suite d'incidents violents majeurs ou d'accidents.

En trois mois, l'équipe de traumatologie a pris en charge des patients de nombreux quartiers de Port-au-Prince et des alentours ; principalement pour des blessures par balle et des accidents de la circulation.

L'hôpital est ouvert quotidiennement pour répondre aux besoins de la population. Lorsque nécessaire, MSF met en place des trajets accompagnés pour le personnel afin d'assurer un service 24h / 24, malgré les barrages routiers armés et un couvre-feu dans toute la ville, mis en place ponctuellement, comme il y a peu suite à une fusillade meurtrière entre l'armée et des manifestants de la police. Outre les soins d'urgence, des consultations de suivi et de physiothérapie en ambulatoire sont proposées aux patients depuis janvier.

Ressources

Rapport « Haïti, 10 ans après »

À lire aussi

Au Mali, le conflit s'étend à l'Est de Bamako et complique l'accès aux soins...

09 mars 2020

Mozambique : soigner le cancer du col de l'utérus et « offrir bien plus que de...

06 mars 2020

Cancer du col de l'utérus : prévention et dépistage pour réduire le nombre de...

06 mars 2020

Partager sur Facebook

Partager sur Twitter

Partager sur LinkedIn

Partager par mail

Rejoignez Médecins Sans Frontières sur

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: MSF

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.