Maroc: Aïcha Belarbi plaide pour une présence féminine accrue dans le monde de l'écriture

La sociologue a appelé les responsables à faire de l'écriture un programme scolaire à part entière

Le professeur Aïcha Belarbi, sociologue et écrivaine émérite, a plaidé, lundi soir à El Jadida, pour une présence accrue des femmes sur la scène culturelle nationale, mais aussi pour un plus grand investissement des jeunes auteures afin de dépasser les tabous et gagner de nouveaux espaces d'expression dans le domaine littéraire.

Invitée d'honneur de la 4ème édition de la célébration du 8 mars par la Ligue des écrivaines du Maroc (LEM) à El Jadida, Mme Belarbi a appelé les responsables à faire de l'écriture un programme scolaire à part entière, notamment à travers la mise en place d'ateliers dans les établissements d'enseignement.

De manière plus globale, elle a estimé que l'urbanisation, la scolarisation et le développement économique ont contribué à une intégration de plus en plus grande d'une frange non négligeable de citoyens, dont des femmes, dans les nouveaux circuits de production et à l'émergence de mouvements de revendication des droits.

L'accès des femmes à la sphère économique et leur participation progressive à la politique les ont incitées à se redéfinir, à s'investir dans des projets de développement et à affermir leur position sur les scènes nationale et internationale, s'est-elle réjouie.

Néanmoins, dans ce Maroc en ébullition, "le système patriarcal se réinvente pour se maintenir, les forces de résistance continuent à entraver l'autonomisation des femmes, fragilise leur mobilisation et handicape la marche vers l'égalité et la parité", a-t-elle souligné.

La présidente de la LEM, Aziza Yahdih Omar, a exprimé "la satisfaction et la fierté" de la Ligue de voir plus de femmes adhérer à son projet culturel et contribuer au rayonnement de ses actions, exhortant, par ailleurs, les pouvoirs publics à redoubler d'efforts pour mettre un terme à toutes les formes de violence faite aux femmes, notamment par le biais de lois plus coercitives.

La Ligue des écrivaines du Maroc œuvre inlassablement pour l'avènement d'un système éducatif performant à même de faire de l'école marocaine "un sol fertile pour l'esthétisme et la culture", en consacrant un plus grand intérêt à l'enseignement du théâtre, de la musique, du cinéma, aux arts plastiques, ainsi qu'à l'encouragement et à la promotion de ces disciplines en ouvrant l'ensemble des structures et centres culturels de l'Etat devant les nouvelles générations.

Mme Aïcha Belarbi, ancienne secrétaire d'Etat à la Coopération et ancienne ambassadeur auprès de l'Union européenne, compte à son actif plusieurs ouvrages tels que "La situation de la petite fille au Maroc" (1992, éditions Le Fennec), "Le salaire de Madame" (1993, éditions Le Fennec), "Les droits de l'Homme dans les manuels scolaires" (1994, institut arabe des droits de l'Homme) et "Situation de la petite fille dans le monde arabe" (1995).

La sociologue marocaine a, aussi, édité un ouvrage consacré à sa ville natale intitulé "Salé, patrimoine et esprit des lieux" (éditions Okad à Rabat, 2008) et dirigé, de 1987 à 2003, le "Collectif approches", dédié aux recherches sur la situation et le statut des femmes marocaines et qui a publié 10 ouvrages aux éditions "Le Fennec".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.