Cameroun: Cancers du col de l'utérus et du sein - Le diagnostic précoce peut sauver la vie

C'est l'essence de la campagne de dépistage gratuit de trois jours lancée mardi au CHU de Yaoundé.

« Nous voulons dépister, traiter et guérir toutes les femmes qui vont se présenter avec les lésions précancéreuses ». Voilà l'engagement du Centre hospitalier et universitaire de Yaoundé (CHU) qui a initié, depuis mardi, une campagne de dépistage gratuit des cancers du col de l'utérus et du sein. Durant trois jours, les femmes âgées de 25 à 65 ans, sexuellement actives, vont bénéficier de cette offre de soins de santé. Elles se feront dépister gratuitement par des spécialistes et si la maladie est avérée, le traitement sera engagé à moindres coûts.

Rendu au deuxième jour de campagne, environ trois cent femmes étaient déjà passées au test. Selon le Dr. Yvette Kene, gynécologue obstétricienne au CHU, depuis le lancement de l'opération, une dizaine de cas suspects ont été détectés. « Nous n'avons pas un résultat définitif. Nous allons faire des examens plus poussés et au bout des résultats, nous allons prendre en charge à un tarif préférentiel », a-t-elle relevé. Les cancers du col de l'utérus et du sein sont les cancers féminins les plus répandus au Cameroun. Les spécialistes révèlent que malheureusement, les femmes se présentent généralement à l'hôpital quand la maladie est en phase terminale, après avoir perdu temps et pécule chez les guérisseurs traditionnels, les charlatans et centres de santé des quartiers.

A ce stade, les seules options de traitement restent alors la chirurgie, la radiothérapie ou la chimiothérapie. « Ça nous fait tellement mal parce que dans le cas du cancer utérin, il est possible de le prévenir par la vaccination. On peut aussi le guérir à condition de faire le dépistage précoce », assure le Dr. Kene. Alors que la maladie fait des ravages, notamment avec un taux de prévalence d'environ 34%, selon les chiffres fournis par le site spécialisé Pan African Medical, l'objectif de la campagne du CHU est de réduire les cas. Aussi, la campagne est-elle initiée au lendemain de la célébration de la Journée internationale de la femme, pour sensibiliser les mères sur la nécessité de faire vacciner leurs jeunes filles afin de prévenir la maladie. La prévention étant meilleure que la guérison.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.