Cote d'Ivoire: Gestion des pesticides obsolètes - 3000 tonnes d'emballage à éliminer

Prescripteurs, revendeurs et applicateurs des pesticides, au nombre de 78, sont, en ce moment, en formation dans la capitale politique, Yamoussoukro. Ce, en vue d'une meilleure utilisation des produits agro-pharmaceutiques.

Cette formation, initiative de la CropLife, structure regroupant les entreprises exerçant dans l'agrochimie, selon Guy Joseph Liabra, président de CropLife CI, fait partie des activités régaliennes de cette structure apolitique.

« Ce sont nos activités régaliennes qui nous conduisent à faire une série de formations chaque année à l'endroit des applicateurs, des revendeurs et des distributeurs. Qui sont nos partenaires pour la vulgarisation de la bonne utilisation des produits agro-pharmaceutiques sur le terrain. Notre mission aussi, c'est de conseiller les pouvoirs publics avec qui nous travaillons… » a-t-il indiqué avant de faire connaitre leur ambition

« Il était important d'impliquer les préfets car avec eux nous avons réussi à réduire la fraude. Qui était à l'époque à 40% ; on l'a réduite aujourd'hui de 10 à 15%. Notre objectif, en 2025, c'est d'arriver à une fraude de moins de 5%, sachant que le risque 0 n'existe pas et pour cela nous avons besoin de tous les acteurs… » a-t-il fait connaitre avant de souligner que sa structure investit près de 500 à 600 millions de FCFA pour la formation des différents acteurs.

Pour le président Guy Joseph Liabra, l'atelier durera une semaine avec une dizaine de modules assortis d'un examen de contrôle. Joseph Yoboué, spécialiste pesticide au Projet de gestion des pesticides obsolètes (Progepci), a, quant à lui, fait connaitre la phase 2 du projet qui consiste en la gestion des emballages de pesticides

« () Je suis venu représenter Progepci pour donner une session de formation sur la gestion durable des emballages vides de pesticide. Qui est aussi un des pans importants du programme de la responsabilité sociétale de chaque importateur de pesticide en Côte d'Ivoire, qui doit suivre son produit depuis l'homologation jusqu'à l'élimination totale...

Il était donc question de réfléchir et de présenter le projet de programme que nous avons de façon à ce qu'on puisse mettre quelque chose de durable en place. Afin que ces emballages puissent être soit détruits soit recyclés afin de préserver l'environnement et la vie des personnes. Notre but, c'est le changement de comportement des différents acteurs et des utilisateurs.

Et donc nous voulons utiliser ces participants comme nos ambassadeurs pour faire la promotion de cette nouvelle pratique que nous voulons instaurer à savoir le triple rinçage ; qui consiste, pour les paysans, à rincer trois fois leur emballage avant de les déposer à des endroits appropriés pour être collectés.

C'est vraiment un changement de comportement que nous visons à travers cette formation et cette cible est représentative vu que nous avons des revendeurs, des gens qui travaillent dans des plantations industrielles, des prescripteurs. A travers eux, nous pensons pouvoir atteindre une grande cible et commencer déjà à préparer nos paysans à cette nouvelle pratique » a-t-il relevé avant de faire noter:

« En terme chiffré, on va dire, en tant qu'une économie basée sur l'agriculture, nous sommes donc un pays qui utilise une quantité assez importante de pesticides en Afrique de l'Ouest. Et le marché de pesticides est estimé entre 100 et 150 milliards de FCFA et en termes d'emballage précisément, on estime à 2500 voire 3000 tonnes d'emballages vides à travers les pesticides que nous utilisons. Et cette quantité est essentiellement composée de 90% de matière plastique donc des emballages en plastique. Vous savez que ces plastiques-là ont une forte possibilité de recyclage. Donc cela s'inscrit dans ce qu'on appelle l'économie circulaire c'est-à-dire permettre à ces emballages qui sont des déchets de reprendre une autre vie à travers les recyclages qu'on pourra en faire… »

Comme cadre réglementaire, le spécialiste des pesticides a rassuré que des dispositions légales sont en train d'être prises « où le triple rinçage est inscrit dans une loi qui impose au paysan de faire le triple rinçage dès qu'il a fait le traitement… » Aussi, il a annoncé que ce sont 250 tonnes de pesticides obsolètes qui seront retirées du marché d'ici octobre 2020.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Le Nouveau Réveil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.