Afrique de l'Ouest: 2ème session du conseil présidentiel sénégalo-gambien - L'axe Dakar-Banjul, en mode bonification

Dakar a abrité hier, jeudi 12 mars, la 2ème session du Conseil présidentiel Sénégalo-Gambien sous la présidence du président de la République, Macky Sall, et son homologue de la Gambie, Adama Barrow. Lors de cette rencontre, les chefs d'Etat ont affirmé leur engagement à hisser la coopération entre les deux pays mais aussi à lutter contre le trafic illicite du bois et l'insécurité au niveau de leur frontière.

Le président de la République, Macky Sall, et son homologue de la Gambie, Adama Barrow, ont co-présidé hier, jeudi 12 mars, la deuxième session du Conseil présidentiel Sénégalo-Gambien.

Tenue à Dakar, cette rencontre a réuni, outre les deux chefs d'Etat, plusieurs autorités de la Gambie et du Sénégal. Dans leurs allocations respectives, les présidents Sall et Barrow rappelant les liens «géographiques, historiques et culture» qui unissent les peuples sénégalais et gambien ont exprimé leur «volonté commune de travailler ensemble à hisser à un niveau stratégique la coopération entre le Sénégal et la Gambie».

Pour ce faire, ils ont pris l'engagement d'établir un dialogue, confiant, direct et permanent au niveau politique, sur toutes les questions d'intérêt commun pour les deux pays à travers la tenue, chaque année, d'un Conseil présidentiel Sénégalo-Gambien.

Premier à prendre la parole, le président Adama Barrow après avoir remercié son hôte du jour pour la qualité de l'accueil qui lui a été réservé ainsi que les membres de sa délégation, a prôné le renforcement de la coopération dans le domaine du tourisme, l'éducation et le commerce entre les deux pays.

Poursuivant son propos, le successeur du président Yahya Jammeh a réitéré la disponibilité et l'engagement de son gouvernement à lutter contre toute forme de trafic au niveau de la zone transfrontalière entre les deux pays. Auparavant, le président Adama Barrow, se prononçant sur la situation politique de son pays, a assuré que son gouvernement a pris toutes les mesures pour garantir à tous les acteurs politiques la liberté de mener leurs activités.

Poursuivant son propos, le chef de l'Etat Gambien a également rassuré que la commission chargée de réfléchir sur les réformes constitutionnelles rendra très prochainement ses conclusions qui seront soumises au peuple Gambien par référendum.

Abordant la situation sécuritaire dans son pays, il a informé que le processus de réforme du secteur de sécurité Gambien est en cours avant d'exprimer ses remerciements à son homologue pour le soutien du Sénégal dans la formation des forces de défense et de sécurité Gambiennes.

Prenant la parole à son tour, le Président Sall a abondé dans le même sens que son homologue Gambien avant d'inviter les deux gouvernements à veiller à la libre circulation des personnes et des biens au niveau des deux pays mais qui forment un «seul peuple».

Poursuivant son allocution, le chef de l'Etat sénégalais a prôné l'achèvement du travail de délimitation de la frontière entre les deux pays pour, dit-il, permettre aux forces de défense et de sécurité de mieux faire face au phénomène de délinquance frontalière.

Par ailleurs, alors que le président Gambien ne l'avait pas évoqué dans son discours, Macky Sall a posé sur la table la question du trafic illicite du bois et de la faune. En effet, soulignant que cette pratique représente «une catastrophe majeure» qui «décime nos forêts» que le Sénégal «ne peut pas tolérer», Macky Sall a ainsi invité les deux gouvernements à travailler ensemble à travers un cadre multisectoriel conjoint impliquant les forces de défense et de sécurité.

Lors de cette rencontre, les deux gouvernements ont également procédé à la signature de quatre accords dans les domaines de l'entraide judiciaire en matière pénale, l'extradition, le commerce et transit et entre la Brigade nationale des sapeurs-pompiers du Sénégal et la Gambie fire rescue service (Gfrs).

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.