Gabon: Coronavirus - Jean Ping appelle les Gabonais à prendre la mesure de la gravité des conséquences de la pandémie

Ça craint. Il ne fait aucun doute, le Coronavirus fait peur. Beaucoup de pays ont reçu la visite de cette pandémie qui, non seulement fait couler beaucoup d'encre et de salive, mais endeuille de milliers de familles. Le premier cas de personne atteinte du virus appelé Covid-19 a été déclaré seulement le jeudi 12 mars au Gabon, précisément à Libreville. Le Chef de fil de l'opposition gabonaise, Jean Ping a fait une déclaration, ce 13 mars, pour faire remarquer que « le coronavirus est un défi pour le Gabon ».

Le Coronavirus fait parler de lui. Plusieurs pays sont touchés. Le Gabon en fait partie. Dans Sa déclaration datée du 13 mars, Jean Ping fait savoir que Le coronavirus est un défi pour son pays. « Cette pandémie est un défi mondial qui met les États à l'épreuve et sert de révélateur de la capacité ou non de ces Etats à mobiliser les ressources, toutes les ressources nécessaires, à commencer par la cohésion nationale qui est le premier bouclier, dans ce genre de situation » poursuivra-t-il.

En s'adressant au peuple gabonais, Jean Ping veut appeler chacun à prendre la mesure de la gravité des conséquences de la pandémie, quand sa propagation n'est pas contenue à temps. Il dit par ailleurs rester conscient des contraintes dans lesquelles vit le peuple gabonais dans un contexte national sans comparaison avec de nombreux pays dans le monde.

Le chef de fil de l'opposition gabonaise a qualifié de "fiasco" la réunion du mercredi 11 mars dernier convoquée par le Premier ministre Julien Nkoghe Bekale. « Cette réunion est révélatrice une nouvelle fois du manque de clairvoyance et de sérieux de ce régime » précise-t-il.

Dans la suite de ses propos, Jean Ping fait savoir que ce qui compte le plus pour lui, en dépit du grave état d'impréparation du pays, c'est de convaincre le peuple gabonais de la nécessité de faire face comme un seul homme, à la situation et à la nouvelle épreuve qu'est cette pandémie, avec l'énergie du désespoir, la force de l'instinct de survie et la volonté porteuse de salut.

Il préconise les mesures suivantes :

Premièrement,il en appelle aux populations elles-mêmes et à leur discipline commune. Gabonaises, Gabonais soyons disciplinés pour sauver notre nation.

Deuxièmement, dans le contexte gabonais actuel, la mobilisation que j'attends de vous, compte tenu de la misère économique et sociale qui prévaut, consiste à puiser dans vos modestes ressources pour assurer les mesures d'hygiène : se laver les mains, tousser dans le coude, éviter de se serrer les mains

Troisièmement, alerter sur votre état de santé en appelant les numéros d'accès gratuit.

Quatrièmement, éviter les attroupements et restreindre vos déplacements.

Cinquièmement, la menace qui pèse sur la collectivité nous oblige, plus que d'ordinaire, à la vigilance et à la transparence.

Les Gabonais sont invités à respecter certaines règles d'hygiène pour faire face à cette pandémie qui ne veut épargner aucun pays. La vigilance doit être de mise.

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.