Congo-Brazzaville: Spectacle - « Djon bé sini don ? » d'Alima Togola au confluent de la tradition et de la modernité

En tournée africaine sponsorisée par l'Institut français de Paris, Alima Togola, actrice et comédienne malienne, a livré un spectacle de théâtre le 12 mars à Brazzaville. Intitulé « Djon bé sini don ? », la jeune artiste aborde la condition sociale de la femme dans son pays ainsi que la question du mariage mixte dans ce spectacle.

Mis en scène par Michel Beretti et interprété par Alima Togola, « Djon bé sini don ? » signifiant en français « Qui connait l'avenir » est un spectacle de théâtre à la croisée de l'humour qui se veut brut, sans concession et sans filtre. La scène s'ouvre sur la vie d'une jeune fille promise au mariage mais, celle-ci ne partage par la même conception que sa famille et sa future belle-famille qui ne le deviendra pas à cause de son entêtement à ne pas se laisser faire. Peu de temps après, elle quitte son pays pour l'Europe où elle se met en couple avec un blanc. Entre révolte aux traditions ancestrales et nouvelle vie dans un pays qui n'est pas le sien, tout se mélange pour cette jeune fille et autant d'interrogations surgissent dans le flot de ses pensées.

Puisant un peu dans le vécu de l'actrice, ce spectacle passe au peigne fin son calvaire d'immigrée à travers un personnage de technicienne de surface sans papier et place un miroir sur son couple mixte avec Michel Beretti, une différence culturelle perceptible à l'œil. A ce propos, Alima Togola est enceinte sur scène et joue drôlement sur la double appartenance culturelle de l'enfant qu'elle porte. D'un côté, le père affirme que son enfant sera métis et noir et de l'autre, la mère se demande si elle pourrait dire de son enfant métis et blanc.

Alima Togola apparaît seule sur scène avec une expression artistique hybride à cheval entre le monologue et la comédie, où plusieurs situations sont présentées au public pour dévoiler le côté fragile de la vie. De ce fait, elle incarne, tour à tour, plusieurs personnages. De sa mère à la future ex-belle-mère, en passant par ses ex-futures belles-sœurs, son ex- futur-mari ou encore ses amies, l'actrice démonte joyeusement le système d'oppression auquel est soumise la jeune fille africaine en général et celle du Mali en particulier. Des figures dont les traits passent sous le regard critique de l'actrice pour une lecture directe de la société à laquelle appartient la comédienne et des maux de l'Afrique.

« Dans ce spectacle, il ne s'agit pas d'accuser qui que ce soit. J'exhorte plutôt l'Africain à s'assumer sur tous les plans et à cesser de vendre l'illusion à ses frères restés sur le continent. Par ailleurs, je dénonce la maltraitance et le rejet auxquels sont soumis les personnes issues du métissage culturel tout en rappelant que nos traditions ancestrales africaines sont appelées à évoluer et à tenir compte du changement de mentalité, au fil des générations », a déclaré Alima Togola au terme du spectacle.

Notons que le public a salué le professionnalisme et l'humour de l'artiste sur scène. Pour son premier spectacle à Brazzaville, Alima Togola s'est réjouie de l'enthousiasme des Brazzavillois et de la communauté malienne résidant au Congo.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.