Congo-Brazzaville: Sécurité routière - L'UE sensibilise les élèves aux premiers secours

La délégation de l'Union européenne (U.E ) au Congo, en collaboration avec le ministère des Transports, de l'Aviation civile et de la Marine marchande ainsi que certaines structures comme la direction départementale de la police et la Croix-Rouge congolaise, s'est entretenue, ce 14 mars avec les élèves du complexe scolaire Anne-Marie Javouhey, sur des questions liées à la prévention et aux comportements à adopter en cas d'accident.

C'est grâce à l'apport pratique des volontaires et spécialistes de la Croix-Rouge congolaise que les participants à cette matinée d'information ont appris les stratégies et attitudes à mettre en place aux fins de venir au secours d'une personne victime d'un accident de la circulation. « Nous avons appris beaucoup de choses concernant l'insécurité routière. Il y a certaines choses que nous devrons éviter lorsque nous utilisons la route, tel que l'usage des écouteurs. En réalité, il faut être prudent. Devant une situation d'accident, nous devrons mettre la victime dans un état de sécurité (allongé sur le dos) avant d'appeler des secours », a confirmé un élève après la séance pratique.

Les élèves présents ont profité de cette matinée d'échange pour être en contact avec les experts en la matière et obtenir quelques précisions concernant les maux qui minent la circulation routière en Afrique en général, et au Congo en particulier. Dans une atmosphère pédagogique, les orateurs de cette journée d'information et de sensibilisation, à savoir Fidel Dimou, ministre des Transports, de l'Aviation civile et de la Marine marchande, Raul Mateus Paula, ambassadeur de l'U.E, Joachim Beijmo, représentant de l'ambassadeur de Suède (résidant à Kinshasa) et autres ont non seulement détaillé les mesures mises en place par le gouvernement mais aussi rappelé les erreurs à éviter pendant l'usage de la route.

Ces assises se sont, en effet, présentées comme une occasion de restitution des recommandations de la troisieme conférence ministérielle mondiale sur la sécurité routière qui s'est déroulée du 19 au 20 février dernier à Stockholm, en Suède.

Prenant la parole, l'ambassadeur de l'Union européenne a retracé avec précision, les causes principales des accidents de la route dans le monde. Selon Raul Mateus Paula, la majorité des accidents sont causés par l'inattention des conducteurs, piétons et motocyclistes. Il estime que les mauvais états des routes et des camions, le stress et l'alcool sont également à l'origine de beaucoup d'accidents. « Les participants à la troisieme conférence ministérielle avaient dresser un état des lieux des problématiques de sécurité et leurs conséquences. Ils ont aussi réfléchi à des solutions innovantes avec pour objectif de rendre plus sûrs les systèmes de transport, mais également plus durables et équitables », a-t-il signifié.

Il a, par ailleurs, rappelé qu'avec seulement 2% des voitures dans le monde, le continent africain est à l'origine de 16% des décès sur les routes et de 44% des décès de piétons et de cyclistes.

Le ministre Fidel Dimou a expliqué, pour sa part, que le Congo travaille pour réduire le plus tôt possible le nombre des accidents dus à la circulation routière. « La sécurité routière est l'affaire de tous. Personnellement j'ai vécu un cas d'accident dans mon entourage et je sais que c'est douloureux. Nous travaillons pour réduire le taux d'accident mais pour ce faire, nous devrons être prudents. Pour notre part, notre direction départementale pourra travailler avec la mairie afin d'installer des ralentisseurs aux alentours de certains établissements scolaires », a-t-il rassuré.

L'élève Berte Akouala, qui a lu la déclaration de la jeunesse pour la sécurité routière, s'est indignée du fait que la jeunesse du monde ne prend pas souvent part aux réunions de prises de décisions sur les accidents de circulation. « Nous, les jeunes du monde, demandons des routes qui ne briseront pas nos rêves, nous avons besoin de transports sûrs et une formation pour tous les usagers de la route. Arrêtez de nous blâmer et engagez-vous à nos côtés ».

Pour bien édifier ces élèves sur cette question, une table-ronde a été organisée, à la suite de laquelle des questions ont été posées. Aussi, des recommandations ont été prises, parmi lesquelles la mutualisation des efforts, la formation de différents acteurs de la route et l'intrusion dans le système éducatif, d'un programme lié à la circulation routière.

Notons que le choix du complexe scolaire Anne-Marie Javouhey n'est pas hasardeux, puisque cette école qui compte plus de deux milles sept élèves dispatchés dans les cycles primaire et secondaire, est située en pleine centre-ville de Brazzaville.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.