Congo-Kinshasa: Rencontre Tshisekedi-Kabila - Une cogestion extra institutionnelle de la RDC s'officialise

Le président de la République, Félix Tshisekedi, a reçu, jeudi, son prédécesseur, Joseph Kabila. Au regard de la décision prise par les deux personnalités de placer « à un niveau élevé » leur cadre de concertation, le président honoraire rentre-t-il officiellement dans la gestion des affaires courantes de l'État ? L'annonce d'une telle décision n'a fait que soulever la suspicion. Est-ce, enfin, le bicéphalisme tant redouté au sommet de l'État qui dévoile son vrai visage ?

On le croyait parti du pouvoir fin décembre 2018. Que non, l'aura de l'ancien président de la République, Joseph Kabila Kabange, continue de planer sur l'Exécutif national. Ceux qui redoutaient encore son implication dans la gestion de la res publica, ont maintenant des preuves de sa mainmise. Le président Tshisekedi a-t-il été piégé ou s'est-il fait prendre dans son propre piège, lui qui a invité son prédécesseur dans sa résidence privée de la commune de la N'Sele ?

Même si d'aucuns estiment que Félix Tshisekedi et Joseph Kabila ont dissipé le «malentendu» entre le FCC et le CACH, le communiqué final lu par le directeur de cabinet du chef de l'État, Vital Kamerhe, à l'issue d'une rencontre privée, a laissé un goût amer dans l'opinion.

«Les deux hautes personnalités ont constaté qu'il y avait réellement un malaise dans le fonctionnement de la Coalition, malaise dû essentiellement aux malentendus, à certains agissements, à des sorties médiatiques inappropriées dans les deux camps et à des incidents à l'égard des personnalités FCC à certains postes frontaliers», affirme ce communiqué lu par Vital Kamerhe, à l'issue de cette rencontre. Et il ajoute que «les deux personnalités ont décidé de mettre à un niveau élevé un cadre permanent de concertation».

Même s'il est vrai que les deux leaders ont annoncé leur volonté de maintenir la coalition en place, était-ce opportun d'officialiser les décisions d'une coalition politique privée ? Là, il y a quelque chose qui cloche. L'on sait que l'actuel comité de suivi de l'accord FCC-CACH est représenté respectivement par le coordonnateur du FCC, Néhémie Mwilanya et le président a.i. de l'UDPS, Jean Marc Kabund. Quel autre haut niveau recherche-t-on ?

L'ombre de Kabila plane toujours

Dire qu'il sera mis «à un niveau élevé» un cadre permanent de concertation, c'est affirmer insidieusement que l'autorité morale du FCC (Joseph Kabila lui-même) prend les choses en mains. Puisque, au-dessus de Mwilanya, il n'y a personne d'autre que lui. Et pour des observateurs avertis, cela sent l'odeur d'une «cogestion» du pouvoir d'État qui ne dit pas son nom.

Concrètement, Joseph Kabila refuse de prendre sa retraite politique et tient à maintenir son influence sur les grandes décisions qui engagent le pouvoir et les prérogatives de son successeur. Donc, il est clair comme l'eau de roche que Kabila, par le biais de son omniprésence au cœur du FCC, entre dans la gestion du pouvoir à travers la mise en place d'une structure chapeautée à deux. Ceci voudrait dire que Kabila donnera son point de vue sur tout. Et, peut-être sans le vouloir, Félix Tshisekedi est-il tombé dans le panneau.

De toutes les façons, des questions fusent de partout autour de ce «cadre de concertation» qui est privé. Les deux autorités vont-elles mettre en place une institution qui va engager la République ou une institution élevée au-dessus du chef de l'État ?

Pour tout dire, Kabila n'est pas parti. Pas du tout. Il est officiellement dans la gestion des affaires courantes de la République. Ayant été rendue publique dans un communiqué lu par le directeur de cabinet du chef de l'État, la rencontre de la N'Sele montre à suffisance que le pays est cogéré par les deux autorités morales au travers du FCC et du CACH.

La rencontre précitée a accouché officiellement d'une structure de cogestion des affaires publiques, une structure extra constitutionnelle dont le pays n'a pas besoin ni pour le moment, ni dans l'avenir. Comment, dans ces conditions, obtenir «l'émancipation» de Tshisekedi de son prédécesseur à plus ou moins brève échéance ?

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.