Les systèmes de CRVS exhaustifs et complets sont essentiels au développement de l'Afrique, déclare Chinganya, de la CEA

13 Mars 2020

Addis-Abeba, Éthiopie — Les systèmes d'enregistrement et de statistiques des faits d'état civil (CRVS) sont au cœur du processus de développement de tout pays, d'où la nécessité pour chaque pays africain de maintenir un système CRVS complet et complet.

Telles sont les paroles d'Oliver Chinganya, Directeur du Centre africain pour la statistique (ACS), à la Commission économique pour l'Afrique (CEA) lors de la deuxième réunion consultative sur l'évaluation du CRVS pour l'Éthiopie tenue à Addis-Abeba.

M. Chinganya déclare qu'une approche holistique et intégrée de l'enregistrement des faits d'état civil, des statistiques de l'état civil et de la gestion de l'identité aide à construire un système d'identité juridique solide et durable, empêche la duplication des efforts, économise des ressources et du temps et permet une prestation efficace des services publics.

Il a fait le point sur le programme d'identité juridique des Nations Unies en cours. L'ordre du jour a été formulé pour répondre au scandale mondial de l'invisibilité où un milliard de personnes n'ont aucune preuve d'identité juridique, la majorité d'entre eux en Afrique.

L'Éthiopie est l'un des pays sélectionnés pour piloter le programme et travaillera avec l'équipe technique de la CEA et d'autres membres du système des Nations Unies pour le développement et d'autres parties prenantes pour relever les défis des systèmes d'enregistrement des faits d'état civil, des statistiques de l'état civil et de la gestion de l'identité du pays.

« Le principe fondamental du programme est que les systèmes d'enregistrement des faits d'état civil devront servir de base à l'identification à vie des individus grâce à l'enregistrement universel des naissances et des décès qui présentent respectivement l'entrée et la sortie du système de gestion de l'identité », indique M. Chinganya.

L'objectif principal des consultations est d'identifier les moyens de développer la feuille de route de l'Éthiopie en ce qui concerne l'élaboration d'une approche holistique de l'enregistrement de tous les évènements vitaux, la production de statistiques de l'état civil, l'établissement et la tenue de registres de population et d'un appareil de gestion de l'identité de la naissance au décès.

M. Chinganya assure les participants « de l'engagement de la CEA et du Secrétariat du Programme africain pour l'amélioration accélérée de l'enregistrement des faits d'état civil et des statistiques de l'état civil (APAI-CRVS) à renforcer les processus d'amélioration des activités CRVS et ID en Éthiopie, ainsi qu'à garantir que l'invisibilité soit complètement résolue, que personne ne soit laissé pour compte et que nous atteignions la vision de l'Afrique que nous voulons ».

Le Secrétariat de l'APAI-CRVS est prêt à fournir un soutien technique à l'Éthiopie pendant que le pays entreprend son évaluation, ajoute le directeur de la CEA.

Il affirme que des systèmes CRVS fonctionnant bien sont essentiels pour créer des sociétés inclusives, assurer la bonne prestation des services publics et protéger les droits humains fondamentaux.

« Nous sommes réunis ici aujourd'hui dans le but commun d'améliorer les taux de couverture des faits d'état civil grâce à un système d'enregistrement efficace. Reconnaissons que les taux de couverture sont faibles, l'enregistrement des naissances se situant à environ 20% et tous les autres faits d'état civil - décès, mariage et divorce - à moins de 10% », déclare M. Chinganya.

Cela, dit-il, nécessite une évaluation qui aidera à identifier les forces, les faiblesses, les opportunités et les menaces à travers les analyses du cadre législatif du CRVS, l'organisation et la gestion des systèmes de CRVS, les facteurs de l'offre et de la demande et l'adéquation des infrastructures de CRVS et les ressources.

Des recommandations sur la façon de résoudre les faiblesses et les lacunes identifiées seront formulées à la fin.

Les consultations se tiendront du 30 mars au 3 avril 2020.

Publié par :

La Section des communications

Commission économique pour l'Afrique

BP 3001

Addis-Abeba (Éthiopie)

Tél. +251 11 551 5826

Adresse électronique : eca-info@un.org

Tagged:

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.