Afrique: Coronavirus COVID-19 - MSF appelle à plus de solidarité européenne pour protéger le personnel médical

communiqué de presse

Alors que le nombre de personnes atteintes de coronavirus COVID-19 continue d'augmenter de façon exponentielle dans de nombreux pays d'Europe - désormais l'épicentre de la pandémie - Médecins Sans Frontières exhorte les Etats membres de l'Union européenne (UE) à faire preuve de solidarité au-delà de leurs frontières nationales. Le matériel médical essentiel, notamment les équipements de protection individuelle destinés à protéger le personnel de santé, doit être acheminé d'urgence là où il est le plus nécessaire.

En Italie, où MSF travaille depuis la semaine dernière dans quatre hôpitaux situés dans l'épicentre de l'épidémie, les pénuries d'équipements de protection individuelle, et notamment de masques, sont de plus en plus fréquentes, laissant le personnel médical exposé à la contagion. Ces pénuries entretiennent l'épidémie et entravent la capacité à sauver des vies. Près de 1 700 travailleurs de la santé, soit 8 % du total des cas de coronavirus COVID-19 en Italie, ont été infectés alors qu'ils s'occupaient du nombre croissant de patients gravement atteints, qui nécessitent une hospitalisation de longue durée et de soins intensifs spécialisés.

« Même dans les hôpitaux européens les plus performants, nous constatons que les personnels de santé sont débordés, qu'ils doivent gérer jusqu'à 80 ambulances par jour, avec une pénurie dramatique de matériel de protection, ce qui les expose à d'importants risques d'infection. Certains médecins sont obligés de porter le même masque pendant 12 heures, explique le Dr Claudia Lodesani, présidente de MSF Italie et responsable de l'intervention MSF pour l'épidémie de coronavirus COVID-19 dans le pays. Chaque jour, nous recevons de nouveaux appels à l'aide, des demandes de renforts en personnel et de matériel supplémentaire. Sans un approvisionnement d'équipements de protection dont nous avons urgemment besoin, de plus en plus de personnel tombera malade, ce qui à son tour réduira la disponibilité des soins pour les patients, générera de nouveaux cas et affaiblira la lutte contre la maladie. »

Partager les ressources pour lutter contre la pandémie

En ce moment de crise, aucun pays ne peut faire face seul à la situation, ou produire seul le matériel dont il a besoin. Les Etats membres doivent mettre en œuvre de toute urgence les mécanismes de solidarité existant au sein de l'UE. Les ressources doivent être partagées pour lutter contre la pandémie là où elle sévit actuellement.

« Aujourd'hui, c'est l'Italie qui a un besoin urgent de fournitures médicales pour protéger le personnel de santé, mais dans quelques semaines, ce sera peut-être le cas d'autres pays. Parallèlement à l'augmentation de la production, les gouvernements européens doivent veiller à ce que le matériel puisse ensuite être expédié facilement vers les régions les plus touchées par la propagation du virus, déclare Brice de le Vingne, responsable de la réponse d'urgence au coronavirus COVID-19 pour MSF à Bruxelles. En attendant, les menaces de fermeture des frontières risquent de nuire à l'approvisionnement en ressources et en personnel vers les zones les plus touchées. »

Pour prévenir et empêcher de nouvelles infections et éviter l'effondrement de leurs systèmes de santé, les gouvernements de l'UE prennent des mesures de santé publique strictes, telles que le respect d'une distance sociale et le confinement, qui reposent largement sur la coopération de la population. De la même manière, MSF insiste pour que cette coopération soit mise en place entre les Etats afin d'éviter que chaque pays constitue ses stocks exclusifs. Au lieu de ça, il faudrait qu'une assistance soit organisée et qu'elle ne s'arrête pas aux frontières, et ce pour protéger le personnel de santé, qui est en première ligne de la réponse collective à ce virus.

« Le COVID-19 continue de se propager, et chaque pays européen sera confronté aux mêmes défis s'il n'y a pas un effort commun d'envergure », déclare Brice de le Vingne.

En plus de renforcer les capacités des hôpitaux à fournir des soins individuels de qualité, il est primordial de renforcer les mesures de santé publique de base qui se sont avérées efficaces pour maîtriser d'autres épidémies de maladies infectieuses. Ces mesures comprennent la recherche proactive de cas et le suivi des contacts, le dépistage, l'isolement des patients, l'isolement des contacts à haut risque, la mobilisation du grand public pour prévenir la transmission du virus, et un triage strict dans les hôpitaux entre patients aux symptômes légers et ceux souffrant de complications. Tout cela est nécessaire pour maîtriser l'épidémie et réduire au minimum les pertes de vies humaines, à la fois des patients COVID-19 mais aussi de tous les autres blessés et malades nécessitant des soins.

A La Une: ONG et Société civile

Plus de: MSF

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.