Congo-Brazzaville: Consommation - La société civile déplore l'absence d'un cadre légal de la protection des consommateurs

La qualité des produits et services de consommation courante en République du Congo reste préoccupante, selon le secrétaire exécutif de l'Observatoire congolais des droits des consommateurs, Mermans Babounga Ngondo.

À l'instar du reste de la planète le Congo a célébré, le 15 mars, la journée mondiale de la protection des droits des consommateurs placée sous le thème« la Consommation durable ». Mais dans le pays, aucune activité officielle n'a été initiée ni aucun message de la part des pouvoirs publics, de quoi irriter l'observatoire congolais des droits des consommateurs.

Pour Mermans Babounga Ngondo, cette situation traduit le manque d'un leadership affirmé des autorités à améliorer la protection des consommateurs. Il a déploré l'absence d'une loi sur la protection du consommateur et la régulation de la concurrence ; la mauvaise qualité du service client des entreprises et autres commerçants ; la pression fiscale exercée par le fisc sur les consommateurs à travers l'institution de nouvelles taxes ; la non-application des mesures protégeant les consommateurs telles que l'interdiction de la vente des denrées alimentaires à même le sol.

« Nous plaidons pour l'adoption des deux projets de texte sur la protection du consommateur et la régulation de la concurrence ; la mise en place des cadres de concertation entre associations de consommateurs et administrations publiques mais également entre les entreprises et les associations des consommateurs afin de travailler ensemble à l'amélioration de l'état des droits des consommateurs en République du Congo », a signifié le défenseur des droits des consommateurs.

L'observatoire projette d'organiser le 20 mars prochain, en collaboration avec le réseau des associations des consommateurs, une conférence-débat sur l'état des droits des consommateurs au Congo : « Contraintnes et défis ». Cette rencontre leur permettra de sensibiliser les parties prenantes, dont les pouvoirs publics, le secteur privé, sur la situation des droits des consommateurs. Les initiateurs vont lancer un plaidoyer en faveur d'une meilleure protection des consommateurs.

Notons que les droits des consommateurs ont été reconnus par les Nations unies comme un droit spécifique à part entière à travers une résolution (039/248 adoptée en avril 1985, puis révisée en décembre 2015). Cette résolution a énoncé des principes directeurs, notamment le traitement juste et équitable des consommateurs ; des pratiques commerciales ; de la communication des informations de manière transparente ; de l'éducation et de la sensibilisation ; de la protection de la vie privée, du traitement des plaintes et des litiges.

Ces normes reposent sur le droit à la sécurité ; le droit à l'information ; le droit à l'éducation ; le droit de choisir ; le droit d'être entendu ; le droit à la réparation des torts ; le droit à un environnement sain et le droit aux services sociaux de base.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.