Afrique de l'Ouest: La mission de la Cédéao en Guinée reportée sine die à cause du coronavirus

Cour de justice de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao)

La mission de haut niveau de la Communauté des États d'Afrique de l'ouest qui devait se rendre à Conakry ce mardi 17 mars pour une médiation avec le président Alpha Condé a été reportée sine die en raison de l'épidémie. Il n'y a pourtant qu'un seul cas déclaré, remarquent certains.

Quatre chefs d'États devaient faire le déplacement : le Nigérian Muhammadu Buhari, l'Ivoirien Alassane Ouattara, le Nigérien Mouhamadou Issoufou et Nana Akufo Addo, le président du Ghana.

Leur but : évoquer les conditions des élections de dimanche, deux scrutins contestés par l'opposition et la société civile. À travers cette mission, la Cédéao voulait une nouvelle fois insister sur deux points : assainir le fichier électoral et inclure l'opposition politique au double scrutin de dimanche. Avec en arrière-pensée, une ligne rouge à ne pas franchir : briguer un éventuel troisième mandat.

Tout était prêt : les autorisations de survol et d'atterrissage sur la capitale guinéenne.

Mais l'expansion de l'épidémie du coronavirus a refroidi les ardeurs des présidents ghanéens et ivoiriens, qui ont tous deux décidé de renoncer, à la dernière minute, à ce projet. « C'est une question de cohérence avec les mesures strictes annoncées en interne pour fermer nos frontières et nos écoles », indique un officiel à Abidjan.

À ce stade, un seul cas a été déclaré en Guinée. « C'est un problème mineur », s'étonne un responsable du gouvernement guinéen, pris de court par cette décision.

Le dialogue devrait tout de même se poursuivre, à travers la voix du président de la Commission, Jean-Claude Kassi Brou, présent à Conakry depuis hier. « Mais le message n'aura pas la même résonance qu'avec des chefs d'État », se désole un diplomate, qui craint de voir la Cédéao intervenir en urgence pour gérer une éventuelle crise politique, si les élections tournent mal.

Il y a quelques semaines, le retrait des observateurs de la Cédéao avait poussé le président Alpha Condé à reporter les élections.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.