Congo-Kinshasa: Caméras sans surveillance

Janvier 2016-janvier 2020, cela fait quatre ans. En 2016, la République s'acheminait vers un rendez-vous historique culminant avec l'élection censée déboucher sur la première alternance au sommet de l'État.

Le public s'est aperçu, en janvier 2016, que plusieurs dizaines des caméras de ... vidéosurveillance, installées dans les carrefours de principales artères, quadrillaient tout Kinshasa.

Œuvre de quelques initiés du régime - des gens au flair business surdéveloppé - l'intrusion suspecte de cette technologie coïncidera avec la fin «mouvementée» du dernier mandat de Jo Kab à la tête du pays.

Inspiré par des maffiosi, le coût de ces bidules est demeuré "secret d'État". Mais le public veut savoir à quoi ont servi les fameuses caméras. Pourquoi les avait-on commandées ? Quel a été le vrai coût, avec ou sans rétro commissions ?

Quatre ans après, le public regarde, méfiant, ces poteaux coiffés de quelque chose ressemblant à des caméras. Est-ce que ces choses-là fonctionnent encore, même si le Kinois sait que ça n'a jamais fonctionné ?

En janvier 2016, le général Célestin Kanyama, alors commissaire provincial de la Police nationale, avait prétendu que les caméras renforceraient la sécurité et dissuaderaient les inciviques. En août 2017, son successeur, le général Sylvano Kasongo, avait même promis de montrer à la TV, chaque semaine, celles des autorités qui circuleraient en contresens, au mépris du code de la route.

Et pourtant, chaque jour, des autorités inciviques existent. Des criminels écument la ville. Les embouteillages monstres font partie du paysage. Des poteaux aux caméras irritent les passants. Donc, le «régime d'hier» avait ramassé des caméras aveugles, «sans œil» pour surveiller. Au lieu de caméras de vidéosurveillance. Ce dossier ne peut-il pas intéresser le parquet ?

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.