Zimbabwe: Une ministre qualifie le coronavirus de «punition» divine contre les Occidentaux

Machine biométrique COVID-19.

Au Zimbabwe, les propos de la ministre de la Défense sur le coronavirus font polémique. Oppah Muchinguri a qualifié cette pandémie de « punition » divine infligée aux États-Unis et à l'Union européenne, pour avoir imposé des sanctions à son pays.

« Le coronavirus est l'oeuvre de Dieu qui punit les pays qui nous ont imposé des sanctions », a déclaré la ministre, Oppah Muchinguri. La ministre de la Défense s'exprimait lors d'un rassemblement ce week-end dans le nord du pays. Les États-Unis maintiennent depuis près de vingt ans des sanctions contre une centaine individus et entités juridiques zimbabwéennes, dont l'actuel président Emmerson Mnangagwa. Et au début du mois, Washington a prolongé ces sanctions d'un an, en raison notamment de la répression de l'opposition.

« Enfermés chez eux »

« Ils sont enfermés chez eux. Leur économie souffre comme ils ont fait souffrir la nôtre, a-t-elle ajouté. Ils doivent sentir les effets du coronavirus pour comprendre notre douleur. » Des propos aussitôt dénoncés sur les réseaux sociaux.

Depuis plusieurs jours, les Zimbabwéens se plaignent du manque de réactivité de leur gouvernement. Le Zimbabwe n'a pour l'instant enregistré aucun cas de coronavirus mais l'Afrique du Sud voisine, pays le plus touché d'Afrique subsaharienne, avait ce week-end plus d'une cinquantaine de cas.

Tentative de rattrapage

Lundi après-midi, le président zimbabwéen Emmerson Mnangagwa a tenté de rattraper les propos de sa ministre, sans la citer, indiquant que personne ne peut être tenu pour responsable de cette pandémie, qui n'a pas de frontière.

A lire aussi: En Afrique, les pays s'adaptent progressivement à l'épidémie de coronavirus

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.