Congo-Kinshasa: Coronavirus - Une réunion cruciale à la Cité de l'UA

Le Chef de l'Etat, Félix Antoine Tshisekedi, préside ce mardi 17 mars 2020, un Conseil des ministres extraordinaire et restreint dont l'unique point à l'ordre du jour sera l'adoption des « mesures d'une grande portée » dans le cadre de la prévention et de la lutte contre le coronavirus.

Mais avant la réunion gouvernementale de ce mardi, compte tenu de l'enregistrement d'un troisième cas de coronavirus le week-end dernier et de la psychose ambiante au sein de la population congolaise, il a été recommandé le renforcement des contrôles des voyageurs aux postes frontaliers aériens, fluviaux, lacustres et terrestres.

Même le train de mesures à prendre par les autorités congolaises restent à connaître, d'aucuns pensent qu'elles pourraient s'inscrire dans la lignée de celles déjà en vigueur dans de nombreux Etats, en Afrique comme dans le reste du monde.

Les observateurs pensent notamment à la suspension des vols vers les pays à risques, des activités scolaires et académiques, des compétitions sportives, des rassemblements publics, des cultes religieux, etc. A partir de ce mardi, la communauté nationale ainsi que les étrangers résidant sur notre territoire devraient intérioriser un nouveau mode de vie, basé sur le respect strict des mesures préventives du coronavirus, notamment la lavage systématique des mains à l'eau et au savon, l'abandon des poignées de main, des accolades et des embrassades ; la tenue à au moins un mètre des personnes qui toussent ou éternuent ; l'interdiction de se frotter constamment les yeux, le nez et la bouche ; le placage de la main à la bouche en cas de toux ; l'alerte de la Direction épidémiologique du ministère de la Santé en cas de fièvre ou toux suspecte, etc.

Il faudrait que dorénavant, Congolaises et Congolais se fassent violence pour ne plus se laisser imposer les mains par les prêtres et pasteurs jusqu'à nouvel ordre, ne plus se bousculer dans les transports en commun ou s'y laisser entasser comme des sardines dans une boîte de conserve, ne plus fréquenter les restaurants de fortune («malewa »), ne plus exposer les denrées alimentaires à l'air libre ou les étaler à même le sol, etc.

Gare aux criminels de la désinformation

Alors que l'épidémie de coronavirus est prise très au sérieux dans des Etats aussi développés que la Chine, les Etats-Unis, la France, l'Allemagne, le Canada... où tous les décideurs politiques et citoyens ont constitué un front commun contre ce fléau, il se trouve, en République Démocratique du Congo, des criminels de la désinformation qui passent à leur temps à démobiliser leurs compatriotes. Ainsi l'a relevé le ministre de la Santé, Dr Eteni Longindo, ces inciviques devraient être démasqués et traduits en justice, pour qu'ils subissent la rigueur de la loi.

Il n'est pas normal que pendant que s'organisent la prévention et la riposte, des individus se permettent de banaliser un mal qui répand la terreur à travers toute l'humanité. Le temps ne devrait plus être à la distraction mais plutôt à une réflexion citoyenne sur l'avenir de la RDC dans un univers où chaque pays est appelé à vivre, pendant une durée indéterminée, en autarcie. La communauté nationale a-t-elle déjà pensé à son sort si la viande, l'huile végétale, l'eau minérale, le poisson de mer, le poisson salé, le riz, le sucre, la farine de froment, le lait, la purée de tomate, l'oignon, la pomme de terre, les médicaments... cessaient de venir de l'étranger ?

Ailleurs, où la production intérieure est abondante, certains peuples peuvent tenir le coup, pendant longtemps, sans recourir aux importations.

Avouons que la RDC est incapable de faire autant. D'où la nécessité de se mettre au pas des mesures préventives du coronavirus, de manière à éviter une catastrophe nationale.Kimp

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.