Cote d'Ivoire: Grand-Bassam - Des femmes originaires de la commune s'engagent à contribuer au rayonnement de la ville

Des femmes originaires de Grand-Bassam nées entre 1950 et 1970, regroupées au sein de l'association dénommée Mi Yé Bié (je m'implique), ont pris l'engagement devant le vice-président de la République, Daniel Kablan Duncan, récemment, à l'espace Abissa de Grand-Bassam, à contribuer au développement durable de leur village (Grand-Bassam), à favoriser l'institutionnalisation de l'entraine et à encourager la formation à la culture et à la langue N'Zima.

C'était à l'occasion de la présentation officielle de ladite association, en présence du vice-Président, Daniel Kablan Duncan, du ministre de la Culture et de la Francophonie, Bandama Maurice, parrain de la cérémonie, de sa Majesté Nanan Désiré Amon Tanoé, Roi des N'Zima Kotoko, président de la chambre des Rois et Chefs de villages de Côte d'Ivoire, de la ministre de la Modernisation de l'administration et de l'Innovation du service public, Raymonde Goudou-Coffie, de sénateurs, du maire de la commune de Grand-Bassam, Jean-Louis Moulot et d'autres élus locaux.

Au nom de ses sœurs, Adou Née Coffie Joséphine, présidente de Mi Yé Bié, a exprimé la gratitude de l'association au vice-président, Daniel Kablan Duncan pour sa présence ainsi qu'à tous les invités. Avant de prendre le pari d'apporter d'ici quelques années, une plus-value significative aux enfants, jeunes, et aux femmes de Grand-Bassam. « Nous revenons aux sources avec pour vocation, maitriser la culture et la langue N'zima », a-t-elle indiqué et d'ajouter : « Nous voulons contribuer au développement durable de Grand-Bassam, favoriser l'institutionnalisation de l'entraine et encourager la formation à la culture et à la langue N'Zima ».

L'amélioration de la qualité de vie à l'école, la mise sur pied d'activités génératrices de revenus pour les femmes N'zima, et contribuer au développement durables des villages sont entre autres activités qu'elles envisagent mener d'ici peu.

Le maire de Grand Bassam, Jean-Louis Moulot, au nom du conseil municipal a salué toutes les personnalités qui ont effectué le déplacement. Pour lui, cette présence massive démontre leur soutien aux membres de cette association, qui vient apporter sa contribution à la construction d'une société bassamoise qu'ils veulent paisible, unie où il fait bon vivre. « Je voudrais vous féliciter et vous encourager vivement dans votre dynamisme. Votre association jouit désormais d'un rôle prépondérant au sein de votre communauté, aux côtés de sa Majesté Amon Tanoé Désiré. C'est aussi en cela réside votre significative mission dans le développement de votre chère ville de Grand-Bassam. Je voudrais vous encourager à être des artisans de la construction de votre commune et au-delà, la société ivoirienne », a insisté le premier magistrat de la ville touristique.

Le ministre Bandaman Maurice, pour sa part, a exprimé sa gratitude à l'association pour l'honneur qui lui a été fait pour le parrainage de la cérémonie. Aussi, a-t-il remercié le Vice-président pour sa sollicitude.Il a surtout félicité ces femmes qui selon lui, leur engagement n'est point étonnant, car l'histoire de Grand-Bassam est intimement liée à l'engagement des femmes de Côte d'Ivoire. En rappelant la marche glorieuse des femmes sur Grand-Bassam du 22 au 24 décembre 1949 pour réclamer la libération de leurs frères, amis et époux injustement incarcérés par l'administration coloniale.

Une occasion pour Bandaman Maurice d'exprimer sa fierté d'être associé à l'engagement des femmes de Mi Yé Bié et de profiter pour dire merci au Président de la République : « A la vérité, je n'ai aucun mérite, tout le mérite est à devoir au président Alassane Ouattara qui me fait le privilège de me confier des missions spécifiques dans ces différents gouvernements depuis juin 2011 ».

Il a par ailleurs saisi l'occasion, pour faire un clin d'œil au programme de restauration de Grand-Bassam. « Je peux vous assurer que le gouvernement place en bonne position le programme de restauration de la ville historique de Grand-Bassam. Ce programme est conduit sous la haute vigilance et l'extrême rigueur de son excellence Mr le vice-président. Il prévoit une action concertée et intégrée des grands projets d'investissement qui sont en cours», a-t-il dit avant d'expliquer qu'il s'agit, du projet d'ouverture de l'embouchure et celui de la construction des débarcadères.

Poursuivant, il a indiqué que ces différents travaux sont estimés à plus 100 milliard Fcfa. A ces travaux, dira-t-il, il faut ajouter ceux de la nouvelle ville voulue par le Vice-président, qui vont donner à Grand Bassam toute sa place en Côte d'Ivoire et dans le monde.

« Après ces réalisations, Grand-Bassam va occuper sa place de ville lumière, de ville de culture, de ville de fraternité. Cette ville brillera encore plus fort avec l'action des femmes de l'association « mi yebié », a assuré le parrain. L'association a reçu des enveloppes notamment du vice-président, du parrain et de la ministre de la modernisation de l'administration et de l'innovation des services publics.L'association Mi Yé bié est créée le 23 juillet 2016 à Grand-Bassam. Mi Yé Bié qui signifie en N'zima « je m'implique » est pour chaque membre un canal pour apporter sa contribution à toute activité visant au bien-être des populations de Grand-Bassam.

Elle revendique une soixantaine de membres. Depuis sa création, elle a mené des actions en faveur des populations, notamment, un arbre de Noël à l'hôpital, général de Grand-Bassam, un don de matériel au Palais royal, kits scolaires aux 5 établissements scolaires de la ville et une célébration de la fête de saint valentin avec les personnes du 3e âge.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.