Soudan: Le nouveau régime soudanais tente de déraciner l'islam politique

L'ex- président soudanais Omar el-Béchir.

Le procureur général a ordonné mardi 17 mars l'arrestation de Ali Kirti, l'ancien ministre des Affaires étrangères d'Omar el-Béchir et le gel de ses avoirs. Ali Kriti est accusé d'avoir activement participé au coup d'État qui a porté le président déchu Omar el-Béchir au pouvoir à Khartoum en 1989. Selon l'Agence de presse soudanaise (Suna), l'ordonnance concerne cinq autres dignitaires de l'ancien régime. Ils ont une semaine pour se livrer.

Déraciner l'islam politique au Soudan, c'est l'immense mission à laquelle s'attelle le pouvoir provisoire. Ces anciens responsables sont des Frères musulmans mais plusieurs sources affirment qu'ils ne sont plus à Khartoum.

Ali Kriti, le plus connu d'entre eux, avait dirigé le parti du Congrès populaire avant de devenir ministre à plusieurs reprises. Il avait également dirigé « les forces de sécurité populaire », ces comités responsables de l'oppression des manifestants au Soudan du temps d'El-Béchir. Il est surnommé « le roi du ciment » et accusé par les protestataires soudanais d'avoir volé l'argent du peuple.

À Khartoum, suite à l'attentat qui a visé le lundi 9 mars le Premier ministre Abdallah Hamdok, le discours officiel contre les Frères musulmans et les sympathisants de l'ancien régime s'est musclé et a atteint un nouveau stade. La purge contre les Frères musulmans a commencé au Soudan, dès l'arrivée au pouvoir du Conseil militaire en mars dernier. Elle a d'abord visé l'armée puis par les services sécuritaires, l'appareil de l'État, les chefs d'universités, etc. L'ancien régime avait installé ses sympathisants à tous les postes-clés du pays. Le gouvernement Hamdok a annoncé qu'il donnera bientôt plus de prérogatives à la commission chargée de dissoudre l'ancien régime de Omar el-Béchir.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.