Congo-Kinshasa: La CORAP publie le rapport sur la nécessité de ressusciter les barrages énergétiques abandonnés

C'est un rapport bien détaillé que la Coalition des Organisations de la Société Civile pour le Suivi des Réformes et de l'Action Publique (CORAP) met à la place publique. Au cours d'une conférence qui s'est tenue à Kinshasa, mercredi 18 mars 2020, le Secrétaire Technique de cette organisation, Emmanuel Musuyu, a fait savoir aux médias et aux experts qui œuvrent dans le secteur hydroélectrique, la nécessité de construire ou réhabiliter les barrages abandonnés.

Dans son rapport intitulé «De l'Obscurité à la lumière : Nécessité de ressusciter des barrages abandonnés (cas de Zongo 1 et Sanga), la CORAP souligne le déficit énergétique auquel fait face la RDC et qui a des conséquences néfastes dans tous les secteurs de la vie mais aussi l'opacité dans la passation des marchés.

En effet, c'est depuis plusieurs mois que la CORAP a conduit une étude qui porte essentiellement sur la réhabilitation des anciennes infrastructures énergétiques. Cette structure qui regorge une cinquantaine d'ONGs, s'est interrogée sur comment le Gouvernement compte accroître le taux d'accès des populations à l'énergie, alors qu'il existe plus d'une soixantaine de centrales à l'abandon. Sur ce, en ce qui concerne la Centrale de Zongo 1, la CORAP a identifié les goulots d'étranglement qui bloquent sa réhabilitation. Parmi ces goulots, il y a l'insuffisance des moyens financiers disponibles au niveau de la SNEL, la Centralisation de la décision au niveau du siège de la SNEL, ce qui rend difficiles les interventions rapides sur terrain. D'après Emmanuel Musuyu, la descente sur terrain de la CORAP a permis de constater également le conflit qui existe entre la SNEL et les communautés locales. «Ce conflit est né à cause du non-respect par la SNEL des clauses liées à l'indemnisation des celles-ci et ce, malgré plusieurs correspondances restées sans suite», renseigne-t-il.

Opacité sur la passation des marchés

A l'issue de cette étude menée sur les centrales Zongo 1 et Sanga, la CORAP a pu révéler l'opacité dans les contrats signés entre la SNEL et ses partenaires impliqués dans la réhabilitation du barrage de Sanga. « Cette opacité se traduit par la faible transparence à travers la non publication des contrats en violation de la loi sur les PPP, l'octroi des marchés de gré à gré en violation de la loi sur la passation des marchés publics, le déficit communicationnel entre la Direction générale et l'entité gestionnaire de la Centrale, mais aussi l'absence du suivi technique par la SNEL dans les travaux de réhabilitation», note le rapport de la CORAP. Comme si cela ne suffisait pas, Emmanuel Musuyu, en tant que Secrétaire Technique de cette coalition, a interpellé le Gouvernement et la SNEL.

Recommandations

Une série de recommandations a été faite par la Coalition des Organisations de la Société Civile pour le Suivi des Réformes et de l'Action Publique (CORAP), à l'endroit de la SNEL, du Parlement, du Gouvernement, de NSM Hydro et de la Société Civile en ce qui concerne la nécessité de ressusciter les barrages abandonnés et l'électrification de la RDC. Au Parlement, la CORAP a recommandé l'insertion, dans la loi relative au Secteur de l'électricité un quota en % d'électricité en faveur des communautés dans tout projet de construction ou de réhabilitation des infrastructures énergétiques. Elle demande aussi l'intégration des dispositions claires dans la loi relative au secteur de l'électricité sur le processus d'indemnisation des communautés locales impactées par les projets énergétiques en RDC.

Quant à la SNEL, la CORAP a suggéré la publication de tous les contrats signés avec les tiers, notamment pour la réhabilitation de SANGA entre la SNEL, TFM, NSM Hydro et AEMI pour plus de transparence et prévenir des pratiques de corruption et conflits d'intérêts. Elle préconise l'établissement d'un plan pour la réhabilitation des centrales hydro-électrique abandonnées ; le respect des procédures de passation des marchés publics dans l'octroi des marchés aux partenaires, la négociation des clauses contractuelles pour le transfert de technologies en faveur du personnel SNEL pour assurer la maintenance et la surveillance de l'ouvrage. Et enfin, elle suggère la réévaluation les besoins réels des communautés locales de Zongo pour une indemnisation adéquate.

Dans cette même logique d'idée, la CORAP demande au Gouvernement d'accélérer avec la mise en place du Fonds pour l'Electrification en Milieu Rural, afin de permettre le financement des projets communautaires d'accès à l'électricité, d'intégrer dans les objectifs du Fonds pour l'Electrification en milieu Rural, la réhabilitation des centrales abandonnées. Le Gouvernement est appelé à s'impliquer dans la démarche de réhabilitation des barrages à l'abandon pour contribuer à l'accroissement du taux d'accès des communautés à l'électricité. L'intégration dans les mesures d'applications de la loi sur l'électricité des dispositions claires sur le processus d'indemnisation des communautés locales impactées par les projets énergétiques en RDC. Envers NSM Hydro, la CORAP recommande la publication d'un répertoire de toutes les entreprises qui composent le consortium et leurs propriétaires réelles mais aussi la publication de contrat signé avec la SNEL, dans le cadre de la réhabilitation de SANGA. La Société civile a été conviée à réaliser un contrôle citoyen de tous les projets de construction et de réhabilitation des infrastructures énergétiques.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.