Congo-Kinshasa: Ituri - Le Coronavirus vient accentuer la misère due à l'insécurité

La mesure du chef de l'Etat pour la prévention contre le Coronavirus intervient dans un contexte d'insécurité dans la province de l'Ituri, qui a déjà des conséquences graves sur l'économie de la population.

A Bunia, à Tchomia, et à Kasenyi, toutes les activités sont paralysées depuis mercredi 17 mars à la suite de la journée ville morte décrétée par la communauté Hema, pour dénoncer les atrocités du groupe armé CODECO dans les territoires de Djugu et Irumu.

Au marché central de Bunia, c'est la confusion totale. Certains habitants cherchent à se ravitailler en vivres, dont les prix ont presque doublé. Selon eux, les marchés ne seront pas opérationnels pendant un mois. Mais d'autres notamment des paysans, des taximen, des déplacés de guerre, dont le revenu est faible et qui vivent au jour le jour, s'inquiètent pour leur survie pendant cette période.

Pour eux, il fallait plutôt renforcer les mesures d'hygiènes pour la prévention contre cette maladie que de suspendre les activités de masse. Cela vient accentuer la misère de la population déjà paupérisée par les conflits armés, qui perdurent depuis plus de deux ans, ont-ils estimé.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Radio Okapi

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.