Afrique: Covid-19 - L'OMS appelle l'Afrique à se préparer au pire et à éviter les rassemblements de masse

Un employé de l'OMS vérifie la température d'une voyageuse à l'aéroport de Lugin, à Freetown, en Sierra Leone, en septembre 2014. Photo OMS Sierra Leone
19 Mars 2020

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a appelé l'Afrique à « se réveiller » face à la menace du nouveau coronavirus.

« Le meilleur conseil à donner à l'Afrique est de se préparer au pire et de se préparer dès aujourd'hui », a lancé mercredi soir le Directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d'une conférence de presse virtuelle à Genève.

A une question d'un journaliste rwandais, le chef de l'OMS a indiqué que même si l'incidence de la maladie est faible, le continent africain devrait se « préparer au pire ».

« Dans d'autres pays, nous avons vu comment le virus s'accélère après un certain point de basculement », a-t-il insisté, tout en ajoutant qu'il vaut mieux que « ces cas recensés soient vraiment les chiffres exacts pour que l'on puisse étouffer le nouveau coronavirus dans l'œuf ».

« Pour l'instant, l'incidence de Covid-19 en Afrique est faible », a fait valoir de son côté, le Dr Michael Ryan, Directeur exécutif chargé de la gestion des situations d'urgence sanitaire à l'OMS.

Portail sur le coronavirus et mises à jour

Les lecteurs peuvent trouver des informations et des conseils sur le nouveau coronavirus (2019-nCoV) fournis par l'Organisation mondiale de la santé et les agences des Nations Unies ici. Pour les nouvelles quotidiennes d'ONU Info, cliquez ici.

Selon Dr Ryan, l'incidence est peut-être « plus élevée » en raison notamment de l'absence de détection. Mais, l'Afrique a encore une occasion majeure d'éviter certains des pires effets de l'épidémie et de préparer son système de santé publique et son système de santé à cette éventualité.

Dans cette optique, l'OMS s'attend à ce que les pays africains examinent toutes les options possibles, en se basant sur l'expérience de l'Asie et de l'Europe pour déterminer les options qui leur conviennent le mieux.

En attendant, l'agence onusienne basée à Genève réitère les mêmes conseils donnés aux autres pays, à savoir l'importance de faire des tests, de rechercher les contacts, d'isoler et de traiter les personnes atteintes.

Pour l'OMS, il est certain qu'en ce moment, tous les pays qui ont une maladie à l'intérieur de leurs frontières doivent examiner les mesures appropriées pour limiter les contacts entre les individus, en particulier « les grands rassemblements de masse qui ont le potentiel d'amplifier la maladie ».

Afin d'éviter l'amplification de la maladie, l'OMS estime actuellement que tous les pays où il existe une transmission communautaire ou des grappes de cas à l'intérieur du pays, devraient envisager sérieusement de retarder ou de réduire les rassemblements de masse.

L'agence onusienne avertit que de telles manifestations, qui rassemblent les gens de manière intense, ont le potentiel d'amplifier et de propager la maladie, en particulier « les grands rassemblements de type religieux qui mettent en contact très étroit des personnes venant de très loin ».

La recommandation de l'OMS est en fait d'éviter ces regroupements de masse et de tout faire pour couper le virus de l'œuf, en espérant que le pire puisse se produire .

« Car nous avons vu comment le Covid-19 s'accélère vraiment et se propage dans d'autres continents ou pays », a insisté Dr Tedros, estimant que « l'Afrique devrait se réveiller ».

« Mon continent devrait se réveiller », a dit le Directeur général de l'OMS, qui est d'origine éthiopienne.

A La Une: Organisations Internationales et l'Afrique

Plus de: UN News

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.