Cote d'Ivoire: La réforme du code électoral se fera par ordonnance

Le président Alassane Ouattara, effectuant son devoir citoyen.

En Côte d'Ivoire, la loi sur la révision constitutionnelle a été promulguée ce jeudi 19 mars par Alassane Ouattara. Aujourd'hui vendredi devaient démarrer les travaux parlementaires concernant la modification du Code électoral, sujet éminemment sensible. Mais, compte tenu de la situation sanitaire et de la crise liée au Covid-19, les choses ne se passeront pas comme prévu. La réforme du code électoral se fera par ordonnance a-t-on appris hier soir.

Ce vendredi députés et sénateurs devaient une nouvelle fois se réunir en Congrès à Yamoussoukro pour démarrer l'examen de la modification du Code électoral. Mais finalement dans un communiqué publié jeudi soir, la présidence annonce qu'en raison de l'épidémie, qui rend « difficile la tenue des réunions parlementaires, le président de la République, vu l'urgence, procèdera à la modification du Code électoral par voie d'ordonnance. »

Le communiqué ajoute que la modification « prendra en compte les points d'accord de la deuxième phase du dialogue politique ».

Au terme de plusieurs semaines de négociations entre le gouvernement, les partis politiques et la société civile en début d'année, l'opposition avait claqué la porte dénonçant une tentative de passage en force du gouvernement.

Le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly avait ensuite lui, estimé qu'il y avait quatre points d'accords de principe : le parrainage citoyen des candidats, le relèvement de la caution de 20 à 50 millions de francs CFA, le taux de suffrages minimum pour se faire rembourser cette caution abaissé à 5%... Accord également, selon le Premier ministre, sur des dispositions contre la transhumance électorale.

« Le dialogue s'est déroulé, il a été inclusif, tout le monde était présent. Il y a eu des discussions ouvertes et moi, je me réjouis des points d'accord » avait déclaré Amadou Gon Coulibaly il y a un mois.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.