Congo-Kinshasa: La RDC expulse des Burundais disant fuir la répression

Photo: Iwacu
Au poste-frontière de Gatumba, les adeptes d’Eusébie attendant l’enregistrement

Près de 1.400 Burundais voulant demander l'asile à Goma ont renvoyés vers leur pays malgré les risques de persécution.

1.387 Burundais sont arrivés vendredi dernier (13.03) dans la ville de Goma, le chef-lieu de la province du Nord-Kivu.

La plupart affirment être venus se réfugier en RDC pour fuir "la persécution et l'insécurité politique" causée par le parti au pouvoir au Burundi, le CNDD-FDD du président Pierre Nkurunzinza.

Ils accusent aussi l'Etat burundais d'utiliser la milice des Imbonerakure pour les persécuter parce qu'ils ont refusé d'adhérer au CNDD-FDD, à l'image de ce réfugié qui a préféré garder l'anonymat :

"Nous n'avons pas accepté d'adhérer au parti au pouvoir et chez nous, si vous n'acceptez pas, vous devenez automatiquement l'ennemi du parti. Il y a une milice du parti, les Imbonerakure, qui nous menace. Plus de 30.000 citoyens burundais sont à l'étranger pour des raisons politiques."

La présence de ces réfugiés, qui se sont installés sur le terrain d'un particulier, a fini par inquiéter les habitants du quartier Lac vert, situé à l'ouest de la ville de Goma.

Alertée, l'autorité provinciale a réagi en déclarant la présence du groupe et son entrée sur le territoire d'illégales.

Le gouverneur de la province du Nord-Kivu a ensuite jugé irrecevable les demandes d'asile et ordonné l'expulsion des réfugiés vers la ville voisine de Bukavu, avant qu'ils soient rapatriés dans leur pays.

Contraire du droit international

Selon la présidence congolaise, les services de sécurité congolais auraient identifié "parmi ces immigrés des personnalités impliquées dans un coup d'État manqué au Burundi", sans donner plus de précision sur cette affaire.

Pourtant, ce renvoi de réfugiés réclamant l'asile est contraire au droit international. Mais cette entorse ne semble pas inquiéter Jonhson Ishara, membre de la société civile et président du parlement des jeunes du Nord-Kivu.

Il estime en effet que cette décision était nécessaire pour répondre aux inquiétudes des Congolais et conseille aux Burundais d'entreprendre des démarches légales pour trouver l'asile en RDC :

Nous sommes dans un Etat souverain, si vous avez besoin de rester dans ce pays, il faut respecter toutes les procédures. Le gouvernement s'est rendu compte qu'aucune mesure n'avait été respectée, c'est pourquoi ils ont été refoulés pour qu'ils suivent des procédures appropriées pour demander l'asile"

Il sera toutefois impossible pour ces Burundais renvoyés dans leur pays d'engager une demande officielle d'asile.

Depuis plus de trois mois, la ville de Goma a enregistré une arrivée importante de réfugiés burundais qui sont venus s'ajouter à plus d'un millier déjà installés dans la ville.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.