Cameroun: Malgré le coronavirus, le pays poursuivra ses échanges commerciaux frontaliers

Le Cameroun poursuivra ses échanges commerciaux avec les pays de la CEMAC, ont précisé ce jeudi par les autorités camerounaises. Mardi, dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, le Premier ministre avait annoncé la fermeture des « frontières terrestres, aériennes, et maritimes », du pays à l'exception des « vols cargos » et des « navires transportant des produits de consommation courantes » et « biens matériels nécessaires », mais sans plus de précisions concernant les échanges routiers, ce qui avait suscité quelques remous dans les pays voisins, très dépendants de ces échanges pour leur approvisionnement.

Mercredi déjà, le premier ministre précisait que les échanges commerciaux frontaliers seraient maintenus, « en particulier avec le Tchad et la Centrafrique ». Ce jeudi, nouveau communiqué pour lever toute ambiguïté : c'est bien avec « tous les pays de la CEMAC » qu'ils seront maintenus. Centrafrique et Tchad donc, mais aussi Gabon, Congo et Guinée équatoriale.

Il faut dire que le Cameroun est l'un des piliers des échanges commerciaux au sein de la zone. 24,7% à lui tout seul entre 2014 et 2017, selon le dernier rapport de la Banque Africaine de développement sur les perspectives économiques en Afrique, « grâce à l'existence de corridors routiers avec tous les pays de la Cemac et le Nigéria ». Le port de Douala est aussi la principale porte d'entrée des marchandises pour la Centrafrique et le Tchad, des pays enclavés sans accès la mer. 80% des importations et des exportations tchadiennes passent par le Cameroun.

Une fermeture totale des frontières entrainement donc une rupture brutale dans les chaînes d'approvisionnements, mais aussi une baisse considérable de recettes pour le port autonome de Douala. Les autorités camerounaises promettent que les conducteurs de marchandises feront toutefois l'objet d'un « contrôle sanitaire ». L'application de ces mesures a été confié au ministère des Transports.

Le Cameroun également dépend de l'étranger pour son approvisionnement en produits essentiels. Il importe, par exemple, la totalité du carburant utilisé localement, mais aussi 90% de ses besoins en médicament, 50% de besoins en poisson.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.