Congo-Brazzaville: Musique - Aurlus Mabélé, le roi du soukous s'en est allé

Épreuve dans l'épreuve. C'est une bien triste disparition apprise, hier, du côté de la communauté congolaise de France retranchée dans son confinement : Aurélien Miatsonama, dit Aurlus Mabélé, est décédé à l'âge de 67 ans, le jeudi 19 mars à 14 h, en région parisienne, frappé, semble-t-il, par le coronavirus.

Par le biais des réseaux sociaux, son ami et ancien collaborateur, Mav Cacharel, a annoncé le décès du "roi du soukous" sur sa page Facebook. En substance : "J'ai la triste nouvelle de vous annoncer la mort de mon célèbre ami, frère et collaborateur Aurlus Mabélé, survenue ce jeudi 19 mars 2020, en région parisienne".

Maître incontesté de la rythmique, l'un des chefs de file du "soukous" de l'époque gagne sa notoriété dans la représentation de la musique congolaise des deux Congo, grâce à sa capacité à se produire sur scène avec agilité et déchaînant l'enthousiasme avec son "Soukous / loketo", ses tenues colorées de sapeur, ses chorégraphies exécutées au millimètre et son sens du spectacle incroyable.

Né à Brazzaville, à Poto-Poto plus précisément, il crée et anime l'orchestre Les Ndimbola Lokole, en 1974, avec ses amis Jean Baron, Pedro Wapechkado et Mav Cacharel. Plus tard, en 1986, en Europe, il fonde avec Diblo Dibala et Mav Cacharel, le groupe Loketo. C'est l'envol du soukous. Il parcourt le monde entier avec son groupe. Parmi les succès du célèbre parolier, "Africa Mousso", "Femme ivoirienne", "Embargo", "Betty", "Asta De","Loketo", "Vacances aux Antilles", Zebola", "Ebouka", "Sans frontières", ou "Waka Waka".

Ces derniers temps, on le savait très affaibli, souffrant des suites d'un AVC subi en 2005. Son médecin avait diagnostiqué une tumeur maligne de la gorge persistante. Peu de temps après, il sera victime d'une attaque cérébrale. Pour l'artiste, c'est un véritable calvaire qui commence. Il y a deux ans, en juillet 2018, le journaliste-Chroniqueur Clément Ossinonde, par un article intitulé : « Aurlus Mabele : cette star qui se bat contre la maladie », avait alerté sur la dégradation de la situation sanitaire du chanteur congolais.

Et comme si c'était un signe prémonitoire, une vidéo de sa tournée au Burkina Faso circulait encore sur les réseaux sociaux il y a quelques jours, le rappelant à nos bons souvenirs.

Qu'il repose en paix désormais.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X