Mali: Une situation sécuritaire toujours instable

L'armée malienne confirme la mort d'une trentaine de soldats au moins dans l'attaque ayant visé un poste militaire à Tarkint, au nord de Gao. L'attaque est attribuée aux djihadistes.

Cette attaque, la plus meurtrière essuyée par l'armée malienne depuis quatre mois, a lieu alors que face à la détérioration sécuritaire, les autorités maliennes ont engagé des démarches pour ouvrir un dialogue avec certains djihadistes.

La situation sécuritaire reste fragile dans la région du Sahel. Les opérations attribuées aux djihadistes se sont multipliées, prenant pour cible les positions de l'armée malienne et des armées régionales.

Le Mali est confronté depuis 2012 à des insurrections indépendantistes puis djihadistes et des violences intercommunautaires qui ont fait des milliers de morts et des centaines de milliers de déplacés.

Selon Baba Dakono, chercheur au bureau régional de l'Institut d'études de sécurité (ISS) basé à Bamako, "le bilan de la récente attaque rappelle la capacité de nuisance des groupes armés dans le nord du Mali".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.