Guinée: Banlieue de Conakry - Cinq (5) imams mis aux arrêts par les forces pour une destination inconnue

Depuis quelques temps Wanidara dans la commune de Ratoma en banlieue de Conakry est devenu l'épicentre des manifestations contre le tripatouillage de la constitution en Guinée. Une source locale, nous apprend que 5 imams ont été arrêtés par les services de sécurité pour une destination inconnue hier vendredi 20 mars 2020.

Selon notre informateur, il est reproché à ces religieux d'instrumentaliser les jeunes de la localité pour s'attaquer aux forces de l'ordre déployées dans la zone.

Aux dernières nouvelles, 2 des 5 imams arrêtés ont été libérés après avoir payé un million de francs guinéens (GNF) chacun. Pour l'instant, les trois autres restent injoignables par leurs proches.

La situation est tendue dans cette localité où jeunes et forces de l'ordre s'affrontent depuis la matinée de ce samedi 21 mars.

Il y a quelques jours, le chef de quartier de Wanidara 3 avait accusé des commerçants d'avoir donner de l'argent aux jeunes pour manifester.

Depuis le début des manifestations contre le changement constitutionnel, plusieurs jeunes sont tombés à Wanidara sous les balles des forces de l'ordre qui sont accusées de graves exactions dans la zone. C'est là que des policiers ont utilisé une nourrice comme bouclier humain.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Aminata.com

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.