Guinée: Plusieurs morts et des blessés dans des heurts lors du double scrutin

Violente manifestation à Pita

La Guinée a vécu dimanche 22 mars un referendum et des législatives ternis par des violences qui ont fait des morts et des blessés, selon les deux camps. L'opposition qui a boycotté ces élections contestée par la communauté internationale entend faire barrage à un éventuel troisième mandat du président Alpha Condé.

Dix morts, selon le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) pour la seule journée de dimanche, quatre, selon le ministère de la Sécurité dont deux dans les violences et deux autres des suites d'un accident et par arrêt cardiaque, sans plus de précisions.

Le communiqué du ministère de la Sécurité ajoute que 9 agents de l'Unité spéciale de la sécurisation des élections dont 7 policiers ont été grièvement blessés, alors que le FNDC annonce que plusieurs dizaines de ses sympathisants ont été blessés par balles.

Cette guerre des communiqués intervient au soir d'un double scrutin législatif et référendaire souhaité et voulu par le pouvoir et contesté par l'opposition et le FNDC qui a connu des violences dans plusieurs quartiers de Conakry et dans certaines villes de province.

Des manifestants se sont attaqués aux bureaux de vote, saccagés puis incendiés le matériel électoral dans plusieurs villes de la Moyenne Guinée et dans des quartiers de Conakry favorables à l'opposition, toujours selon le ministère de la Sécurité.

Plusieurs individus ont été interpellés pour des faits de troubles à l'ordre public, détention et utilisation d'armes à feu, destruction de biens privés et publics, incendie, coups et blessures volontaires et rébellion, indique le ministère. Alors que le FNDC lui appelle à poursuivre les manifestations.

J'espère que tout se passera dans la paix et la tranquillité et que le peuple guinéen, comme en 1958, montrera sa maturité

Une journée du vote marquée par des violences

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.