Afrique: Covid-19 - Le test à la chloroquine débute le 27 mars en France

La chloroquine est un antipaludéen. Ce médicament a rejoint les traitements candidats à la lutte contre le Covid-19, dans un essai clinique nommé "Discovery", conduit par un consortium multidisciplinaire qui réunit plusieurs groupes de recherche français. Cette étude a démarré le 22 mars dernier dans quelques Centres Hospitaliers Universitaires (CHU) à Paris, Lyon, Nantes et Lille. Elle va s'étendre progressivement à d'autres CHU et devra inclure 3200 patients en Europe dont 800 en France. Certains testeront l'efficacité d'un médicament contre le VIH, d'autres un antiviral développé contre le virus Ebola et la partie sur la chloroquine interviendra le 27 mars 2020 et devrait fournir des résultats dans moins de six semaines.

Selon le directeur de l'Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée Infection de Marseille, Didier Raoult a expliqué avoir mené un essai clinique durant lequel, il avait traité 25 personnes contaminées par le coronavirus avec la chloroquine. Après six jours, il n'y avait plus que 25% des patients ayant pris ce médicament qui avait toujours le virus dans le corps et 90% de ceux qui n'avaient pas pris de chloroquine continuaient à être porteurs du Covid-19 et a affirmé que la chloroquine jusque-là utilisée contre le paludisme, représentait l'arme la plus efficace contre le nouveau coronavirus. Hormis ce chercheur français, plusieurs autres chercheurs ont approuvé que cet antipaludéen soit "prometteur" et ont promis d'étendre les essais cliniques de ce traitement contre le virus.

L'on apprend qu'en Chine, 25 essais cliniques ont été menés et sont en cours pour évaluer l'opportunité d'utiliser ce traitement pour les personnes contaminées.

Les résultats sont suffisamment probants pour provoquer l'intérêt de la communauté scientifique et pousser des chefs de clinique à utiliser la chloroquine sur des patients atteint de Covid-19. L'automédication de ce produit s'avère dangereuse. Au Nigeria de cas d'empoissonnement ont été signalés. Le laboratoire Sanofi a proposé d'offrir des millions des plaquettes pour les tests. En République Démocratique du Congo, le laboratoire Pharmakina dans un communiqué signé par son Président Directeur Général a fixé l'opinion qu'elle peut produire la chloroquine ou l'hydroxychloroquine en poudre en tant que principe actif mais aussi, elle peut produire des comprimés et des injectables de l'hydroxychloroquine si elle est approvisionnée en principe actif à travers une procédure de transfert de licence d'un produit pharmaceutique fini.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.