Burkina Faso: Vers un confinement total de Ouaga et Bobo

A la date du 22 mars 2020, 24 nouveaux cas ont été testés positifs au Covid-19, portant le nombre des personnes atteintes à 99 au Burkina Faso.

L'information a été donnée hier 23 mars par le Service d'information du gouvernement, à Ouagadougou, à l'occasion du point de presse quotidien animé par le Pr Martial Ouédraogo, coordonnateur national de la riposte à l'épidémie. Aussi, pour contenir la propagation du Covid-19, le Centre des opérations de réponse aux urgences sanitaires (CORUS) a recommandé le confinement total de Ouaga et Bobo. Le coordonnateur et son équipe ont recommandé, entre autres, le confinement total de Ouaga et Bobo.

Actuellement au four et au moulin contre la pandémie du Coronavirus, qui a métastasé au Pays des hommes intègres, le Pr Martial Ouédraogo, après avoir accusé une quarantaine de minutes de retard, n'est pas passé par quatre chemins pour étancher la soif d'information des journalistes sur l'évolution de ce mal. Le coordonnateur national de la riposte à l'épidémie a noté 24 nouveaux cas à la date du 22 mars 2020. Ce qui porte à 99 le nombre de personnes contaminées par le virus à couronne. Dans les détails, elles sont 89 à Ouagadougou, 4 à Bobo-Dioulasso, 2 à Boromo, 2 à Dédougou, 1 à Banfora et 1 à Houndé (qui se porte très bien à présent), soit 39 femmes et 60 hommes. Et le Pr Ouédraogo d'ajouter que les nombres de personnes guéries et décédées, qui sont respectivement de 5 et de 4, n'ont pas varié.

Et pour contenir cette pandémie qui flambe chaque jour, le CORUS a recommandé au gouvernement burkinabè de procéder dès ce jour même au confinement de Ouaga et de Bobo. Dans la soirée, c'était le gouverneur de la région du Centre qui ordonnait dans un communiqué la fermeture des marchés et yaars, toujours dans la perspective de contenir la propagation du Covid-19.

Existe-t-il un mécanisme de suivi des personnes déjà guéries ?

Une personne peut être infectée par la maladie même si elle va faire des signes mineurs. Nous sommes toujours dans un contexte épidémiologique, donc il faut que ces personnes fassent attention. Mais selon la disponibilité des tests, nous ferons un au bout d'une semaine pour confirmer que ces gens sont totalement et définitivement guéris.

Hier un avion médicalisé en provenance de la Suisse a atterri à Ouagadougou. La rumeur a dit qu'il serait venu chercher des membres du gouvernement contaminés au Covid-19. Qu'en est-il exactement ?

Il s'agit d'un patient non burkinabè (ndlr : Hadrien, reggaeman suisse, nom d'artiste Hadry Sanou, qui a activé son assurance-maladie internationale. On a envoyé un avion spécial le chercher. Son acheminement a été réalisé dans de bonnes conditions, cela a été assuré par nos hygiénistes, et il a pris son vol dans des conditions sécurisées.

Qu'en est-il de l'utilisation de la chloroquine, et y avez-vous eu recours dans la guérison des cinq personnes ?

Nous n'avons pas utilisé de chloroquine dans ces cas. Il paraît qu'elle peut être d'un apport dans la prise en charge des malades, mais elle n'est pas validée. Même quand l'Organisation mondiale de la santé n'a pas validé un protocole, il peut appartenir à l'équipe technique d'un pays souverain de décider de l'utilisation d'un produit. Mais pour le moment, nous n'avons pas recommandé son utilisation, ce n'est pas le lieu d'aller dans les pharmacies et d'épuiser les stocks. Pour l'instant cela ne sert à rien. Je ne dis pas que ce n'est pas utile, mais ça ne servirait à rien de s'en procurer.

Avec 100 cas et de nouveaux foyers dont les principaux sont Ouagadougou et Bobo-Dioulasso, ne doit-on pas penser à mettre ces deux villes en quarantaine ?

Nous, nous sommes une équipe technique et faisons une analyse technique de la situation. Il appartient à d'autres instances de décider d'une mise en quarantaine, étant donné que cela n'inclut pas que des aspects thérapeutiques. Il y a d'autres facteurs à prendre à compte, nous reverserons cette appréciation de la chose et une décision pareille suivra son cours s'il le faut.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.