Congo-Kinshasa: Coronavirus - Lumbi insiste pour la capacité du gouvernement à négocier avec le FMI, la Banque Mondiale et le gouvernement chinois !

"1.800.000 USD, c'est trop peu pour organiser une riposte sérieuse", fait-il observer. Et, pourtant, le Ghana, un pays de l'Afrique Subsaharienne, y met 100.000.000 USD. Puisque la nation congolaise est menacée dans existence, le gouvernement doit prendre des initiatives urgentes vers le FMI, la Banque Mondiale et la Chine. Il l'a dit et répété hier lundi 23 mars 2020, à longueur de la journée.

Pierre Lumbi Okongo, invité de Top Congo Fm, est revenu sur les grandes options, telles que proposées par Ensemble pour le République, le Parti de Moïse Katumbi Chapwe, pour permettre à la RD. Congo d'organiser la riposte réussie aux effets néfastes de Coronavirus. Pour lui, le gouvernement congolais n'a pas à se rincer les cils, ni à tourner en rond alors que la pandémie prend des proportions inquiétantes. Concrètement, le Secrétaire Général d'Ensemble pour la République demande aux autorités congolaises de lancer un appel à la solidarité internationale. Au FMI, le gouvernement congolais devrait solliciter l'assouplissement des conditions d'un retour rapide au programme assorti d'appuis budgétaires conséquents. A la Banque Mondiale, le même gouvernement congolais est appelé à négocier la suspension, pour douze mois, du remboursement de la dette extérieure.

A la Chine, dans le volet Infrastructures du contrat signé autrefois dans le cadre de cinq chantiers, la RD. Congo devrait également négocier pour obtenir le reste du financement estimé, selon lui, à la hauteur de 1.050.000.000 USD. A tous ces efforts, même s'il faut miser sur l'aide de l'ONU, de l'OMS, de l'UE ou de l'UA, les conditions d'une réunion sacrée contre Coronavirus placent le gouvernement dans l'obligation de ratisser large au niveau de la classe politique en vue d'une implication de toutes les parties à la mobilisation accrue des moyens internes. Au passage, il salue les mesures préconisées par le Président de la République, Félix Tshisekedi. Toutefois, il note quelques lacunes autour des marchés de Kinshasa, les administrations publiques, les transports en commun. Il faut aller plus loin jusqu'à désengorger, en instituant le service minimum ou, à la limite, fermer momentanément certaines administrations non essentielles.

Trame de la démarche

Ensemble pour la République, le parti de Moïse Katumbi (en constitution), invite le Gouvernement à faire appel à la solidarité internationale et à négocier avec les partenaires la suspension du remboursement de la dette pour une durée de 12 mois et l'affectation de la contrepartie financière à la prise en charge de la lutte contre le COVID-19 ainsi qu'à l'appui des secteurs de l'économie nationale touchés par cette grave crise sanitaire.

Pour plus d'efficacité, ce Fonds devrait être géré par une insistance autonome, de circonstance, qui devra répondre à la Nation et à la Communauté Internationale de son activité. «ENSEMBLE POUR LA REPUBLIQUE » invite également le Gouvernement à négocier un assouplissement des conditions de retour au programme avec le FMI en sollicitant notamment, un décaissement rapide d'un appui budgétaire conséquent en vue de faire face à la guerre contre Coronavirus. Bien plus, Ensemble pour le changement exige du gouvernement, la transparence totale envers la population quant aux mesures concrètes concernant la prise en charge des personnes atteintes par le Covid-19.

Dans un communiqué signé le 20 mars par son Secrétaire Général, Pierre Lumbi Okongo, Ensemble pour le Changement salue les récentes mesures annoncées par le Président de la République. Ces dernières vont, selon le communiqué, dans le sens de la protection de la population congolaise contre le COVID-19.

Toutefois, le communiqué met un bémol : "Dans la guerre qui nous est imposée, maximiser nos chances de victoire appelle la plus large adhésion de toutes les forces vives de la Nation. Alors que dans d'autres pays, les forces vives et sociales ont été consultées afin d'organiser la riposte dans un esprit d'union sacrée et de cohésion nationale, et d'en assurer la plus large appropriation par toute la population, cela n'a pas été fait chez nous", remarque Ensemble pour la République.

Rôle d'opposition Républicaine

Néanmoins, le parti de Katumbi entend jouer pleinement son rôle d'Opposition républicaine, en appelant les pouvoirs publics à se départir de toute forme d'hésitation et d'atermoiement dans la mise en œuvre des mesures prises pour préserver la vie des Congolais et limiter le plus possible les conséquences dramatiques de cette pandémie.

Les recommandations au Gouvernement vont, de la publication quotidienne des statistiques des personnes infectées, des personnes guéries et des morts éventuels, à la prise des mesures qui s'imposent pour la gestion des grands marchés de Kinshasa afin d'éviter que ces grands foyers de concentration humaine ne deviennent des points de multiplication de la contagion, en passant un appel au soutien à l'économie en détresse, plus spécialement, les petites et moyennes entreprises.

Dans le cadre de la coopération bi- et multilatérale, Ensemble pour la République invite le Gouvernement à faire appel à la solidarité internationale et à négocier avec les partenaires, la suspension du remboursement de la dette pour une durée de 12 mois et l'affectation de la contrepartie financière à la prise en charge de la lutte contre le COVID-19 ainsi qu'à l'appui des secteurs de l'économie nationale touchés par cette grave crise sanitaire.

Ensemble pour la République demande, par la même occasion, à la population congolaise de ne pas céder à la panique mais d'être très disciplinée et de suivre scrupuleusement les mesures prises par le gouvernement et l'OMS afin d'éviter la contamination et la propagation du coronavirus.

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.