Afrique: Dette - Un appel pour exonérer le continent des paiements d'intérêts

Les ministres africains des Finances ont appelé, le 19 mars au cours d'une conférence virtuelle, à exonérer l'Afrique des paiements sur sa dette estimés à 44 milliards de dollars pour 2020.

Les ministres des Finances ont, au cours de cette rencontre, échangé sur les efforts de leurs gouvernements respectifs en vue de faire face aux impacts sociaux et économiques du covid-19. Pour aider les pays du continent à atténuer les effets de la crise notamment sur leurs économies, de nombreuses solutions ont été proposées.

D'après les responsables, « l'Afrique a besoin d'urgence d'une relance économique à hauteur de 100 milliards de dollars américains ». Pour lui permettre de renforcer sa résilience à la crise actuelle, ils appellent à l'exonération « de tous les paiements d'intérêts, estimés à 44 milliards de dollars pour 2020, et l'extension possible de la dérogation à moyen terme », afin de fournir « un espace fiscal et des liquidités immédiats aux gouvernements ».

Cette annonce intervient dans un contexte économique difficile pour les pays africains. Sur le continent, le covid-19 représente une très grande menace à la mobilisation déjà difficile des recettes publiques et à la création de richesse. D'après de nombreux experts, la perturbation des marchés mondiaux par la pandémie rend difficile toute émission d'obligations, ou emprunt de grande envergure, deux des moyens de financement les plus utilisés ces dernières années par les pays africains. Une situation encore plus inquiétante pour des pays pétro-dépendants comme l'Angola et le Nigeria pour qui la chute des cours du pétrole laisse présager d'énormes difficultés économiques au cours des prochains mois.

« L'exonération des paiements d'intérêts devra inclure non seulement les paiements d'intérêts sur la dette publique, mais également sur les obligations souveraines. Pour les Etats fragiles, les ministres conviennent de la nécessité d'envisager l'exonération de capital et d'intérêts et d'encourager l'utilisation des installations existantes de la Banque mondiale, du Fonds monétaire international, de la Banque africaine de développement et d'autres institutions régionales », a indiqué un communiqué de la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique.

A ces mesures, s'ajoute la nécessité de soutenir le secteur privé et protéger plus de 30 millions d'emplois à risque sur le continent, notamment dans le secteur du tourisme et de l'aviation. Ce, sans compter les millions d'emplois du secteur informel qui pourraient être mis à mal par des mesures de confinement drastiques restreignant les interactions et bloquant de ce fait les sources de revenus de plusieurs millions de ménages en Afrique.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Afrique

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.