Cote d'Ivoire: Le sport ivoirien en «mode confinement»

"Coronavirus : la FIR suspend ses activités». C'est en ces termes que la Fédération ivoirienne de rugby a porté l'information de l'arrêt total de ses activités. Et cela, suite au communiqué du Conseil national de sécurité (CNS), du lundi 16 mars 2020, relatif à l'évolution de la pandémie de coronavirus (COVID19) en Côte d'Ivoire. Et sur toute l'étendue du territoire national, la balle ovale est à l'arrêt «jusqu'à nouvel ordre».

A l'instar du rugby, aucune discipline sportive n'échappe à cette disposition sécuritaire imposée par le coronavirus. La maladie qui a complètement bouleversé les habitudes dans le monde. Apparue en fin décembre 2019 en Chine, l'épidémie de coronavirus se répand dans presque tous les pays. Le globe vit au rythme de cette maladie infectieuse appelée COVID19, un virus de la famille des coronavirus (CoV) qui, eux-mêmes, sont une large famille de virus qui provoquent des maladies allant d'un simple rhume à des pathologies plus sévères comme le MERS ou le SRAS. Avec presque 200 000 cas déclarés dans le monde et un peu plus 7954 décès comptabilisés aux premières heures du mercredi 18 mars, le coronavirus est qualifié de pandémie par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Son mode de transmission, de propagation, le ravage qu'il fait, oblige les Etats à prendre des mesures conservatoires pour freiner son avancée.

La Côte d'Ivoire, au sortir d'une réunion du CNS, le 16 mars dernier, a pris des mesures. Des gestes barrières à la suspension pour une période de 15 jours renouvelable, à compter du 16 mars 2020, de l'entrée en Côte d'Ivoire des voyageurs non ivoiriens en provenance des pays ayant plus de 100 cas confirmés de maladie à coronavirus (COVID-19) en passant entre autres par la fermeture de tous les établissements d'enseignement préscolaire, primaire, secondaire et supérieur pour une période de 30 jours, la Côte d'Ivoire mène une grande offensive contre la pandémie. De quoi à impacter fortement la pratique sportive et surtout les sports de compétition. Les mesures prises par l'Etat ivoirien font état de la «suspension de tous les événements sportifs (... ) pour une période de 15 jours». Une disposition qui contraint les sports ivoiriens au confinement total.

La tutelle opte pour plus de rigidité Le ministère en charge des Sports n'a pas tardé à marcher dans les pays du Conseil national de la sécurité. Aussitôt les dispositions sécuritaires annoncées, et dans une note circulaire à l'attention des présidents des fédérations sportives nationales, des associations sportives, des responsables et gestionnaires de salles de conditionnement physique et de l'ensemble du mouvement sportif, le ministre des Sports suspend tous les regroupements à caractère sportif sur toute l'étendue du territoire «jusqu'à nouvel ordre». Un confinement total même si la tutelle encourage la pratique individuelle pour la santé. Car les dispositions sécuritaires annoncées concernent la participation aux compétitions internationales organisées tant en Côte d'Ivoire qu'en dehors du territoire national, les championnats nationaux dans toutes les disciplines sportives et dans toutes les catégories de pratiquants, et des regroupements à caractère sportif dans des enceintes closes que sur la voie publique». Une note qui demande aux sportifs de haut niveau, ceux qui ont pour profession la pratique sportive, de faire une mise en forme de façon individuelle en attendant la réévaluation de la situation. Car les entraînements collectifs sont de facto interdits.

La FIF, la FIBB, la FISA, la FITKD... emboitent le pas La Fédération ivoirienne de football (FIF), conformément aux mesures prises par le CNS, s'est alignée tout de suite. Dans un communiqué en date du 17 mars, le Comité exécutif a informé les clubs et les acteurs de la suspension de «tous les matches de la Ligue professionnelle de football et de la Ligue de football amateur pour une période de quinze jours, renouvelable». Le même jour, le basketball s'est affirmé en enfant respectueux des recommandations et consignes étatiques. Dans un communiqué signé des mains de son président, la Fédération ivoirienne de basketball (FIBB), déférant à la mesure du CNS, informe les clubs, les centres de formation et les groupements sportifs de la «suspension de toutes ses activités et évènements sportifs, à compter du 18 mars, pour une période de 15 jours renouvelable». Une décision responsable avec son lot de conséquences. «Nous avions prévu aujourd'hui (mercredi, ndlr) un stage pour les encadreurs avec l'arrivée de l'expert mozambicain Nassir Saleh.

Malheureusement la situation que nous connaissons ne permet pas ce genre de regroupement. Aussi nous avions également prévu de lancer les compétitions de N2 et des centres lors des deux semaines à venir et tout ceci est venu mettre à mal notre plan d'action », a déclaré le Président de la FIBB qui a appelé l'ensemble des Ivoiriens à se conformer aux mesures arrêtées pour éviter de faire le nid du COVID19.La Fédération ivoirienne de sport automobile (FISA) a mis les véhicules sur cale. Le taekwondo est dans la danse.

Dans un communiqué, la Fédération ivoirienne de taekwondo (FITKD) se plie aux exigences du Conseil national de la sécurité. Toutefois, pour une meilleure tenue de l'administration, un service minimum sera assuré par le personnel de la Fédération. A l'image de ces fédérations, toutes les disciplines sportives tombent sous le coup des dispositions de l'Etat de Côte d'Ivoire. A six journées de son terme, le championnat de Ligue 1 et L2 est à l'arrêt. Il en est de même des compétitions de la ligue amateur. Deux journées à peine disputées et, la balle au panier arrête de rebondir. L'ovalie se range sur le côté,... Plus de deux mois après sa survenance, le COVID-19 tétanise le monde du sport. C'est la hantise au quotidien et les suspensions se succèdent à un rythme effréné. La Côte d'Ivoire a opté pour le confinement sportif mais cela n'est rien en face de la NBA, l'Euro 2020, la Ligue des Champions de l'UEFA, la Ligue Europa, le CHAN 2020, la Copa America 2020, les qualifications de la CAN 2021. Même si le CIO ne s'est pas officiellement sur les JO 2020, le COVID-19 aura un fort impact sur ces jeux.

Plus de: Patriote

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.